Une pompière de Beauharnois dans un calendrier

Patricia Blackburn patricia.blackburn@tc.tc
Publié le 14 octobre 2015

La photo qui a été choisie pour figurer au mois d’août du calendrier 2016 des pompières.

©Gracieuseté, Martin Alarie

Une pompière de la région, Judith Boyer, qui pratique à temps partiel à Beauharnois, fait partie des 12 figurantes d’un tout nouveau calendrier des pompières du Québec.

C’est au mois d’août 2016 que les détenteurs du calendrier pourront voir la photo de Mme Boyer en vedette. «J’aimais beaucoup le concept, qui met en valeur notre travail, justifie Mme Boyer pour expliquer sa participation au projet. Et puis une partie des profits des ventes ira aux grands brûlés, une cause qui nous interpelle tous», ajoute-t-elle.

Lors de la séance photos, elle a fait deux mises en scène. L’une en tenant des pinces de décarcération, l’autre assise près d’un  camion, l’air épuisé. C’est cette dernière photo qui a été retenue. «Elle a quelque chose dans le regard qui traduit bien ce qu’on peut ressentir après une intervention», indique Geneviève Perron, l’une des initiatrices du projet (Pour en savoir plus sur le projet, cliquez ici).

Mme Boyer croit que ce calendrier, en plus de permettre d’amasser des fonds, est une excellente façon de promouvoir le métier auprès des filles. «On est peu nombreuses à exercer le métier, mais quand ça nous passionne, ça montre qu’on peut le faire», dit-elle.

Lors de sa tournée des écoles pendant la Semaine de prévention des incendies, elle rapporte d’ailleurs avoir rencontré une jeune fille qui l’a questionnée sur le cheminement menant à la profession. «J’étais contente de voir que des filles pouvaient envisager de devenir pompière», dit-elle.

Pas plus facile

Les tests pour obtenir le diplôme ne sont toutefois pas moins exigeants pour les femmes. «ll n’y a pas de privilège, ce sont les mêmes tests pour nous, et c’est très rigoureux», indique celle qui fête cette année ses 20 ans de service à la caserne de Beauharnois.

Lorsqu’elle n’est pas en fonction, Mme Boyer travaille comme répartitrice dans une centrale 911­.

Judith Boyer montrant la page du calendrier où elle est en vedette
Gracieuseté, Judith Boyer

Statistiques sur les femmes pompiers

  • 2,4%

Les femmes n’occupent que 2,4% des postes de cette profession, selon les dernières données de Statistiques Canada pour le Québec. Ceci représente environ 575 femmes qui occupent différents postes, dont pompières, préventionniste et officiers, à temps plein et partiel.

  • 97,6%

Les hommes, quant à eux, occupent 97,6% des postes de la profession.

  • 24 000

Il y aurait au total quelque 24 000 pompiers, préventionnistes et officiers municipaux au Québec (données 2011).