Beauharnois anticipe «une catastrophe écologique imminente»

Épave maintenant laissée à elle-même

Michel Thibault michel.thibault@tc.tc
Publié le 17 janvier 2016

Le Kathryn Spirit dans le lac Saint-Louis à Beauharnois.

©TC Media - Archives

La Ville de Beauharnois redoute que l'épave du Kathryn Spirit maintenant laissée à elle-même cause «une catastrophe écologique» dans peu de temps.

La compagnie mexicaine Reciclajes ecologicos maritimos qui a acheté le navire en vue de le remorquer dans le Sud aurait renoncé à ses droits de propriété et fait cesser le pompage de l'eau s'y infiltrant, selon un communiqué de la Ville de Beauharnois.

«Les conséquences de l’arrêt de pompage pourraient produire un désastre écologique important. La compagnie JRB inc. qui était jusqu’ici responsable d’assurer le transfert de l’eau infiltrée est formelle sur ce point. En cessant le pompage de l’eau, le bateau chavirera, informe la Ville. Concrètement, l’eau s’infiltrera de manière plus importante à l’intérieur du bateau, ce qui entraînera l’inclinaison du navire et mènera éventuellement à son renversement, libérant ainsi de l’eau contaminée par le mazout, directement dans le lac Saint-Louis.»

La municipalité précise que la Garde côtière canadienne, Transports Canada, le ministère du Développement durable du Québec, Environnement Québec, de même que la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent ont tous été informés de la nouvelle situation qui prévaut depuis le 14 janvier.

La Ville de Beauharnois dit «implorer les autorités d'agir avant qu'il ne soit trop tard». Un message qu'elle a lancé à plusieurs reprises depuis que le bateau a été amené dans  le décor par le Groupe St-Pierre. Ce qui fait maintenant quatre ans.

La municipalité a aussi mis en demeure cette compagnie afin qu'elle agisse. «Bien que le bateau ne lui appartienne pas, il se trouve néanmoins sur sa propriété», fait-elle part.