Le Bloc réclame que le fédéral prenne l’épave en charge

Michel Thibault michel.thibault@tc.tc
Publié le 20 janvier 2016

L'épave du Kathryn Spirit à Beauharnois.

©TC Media - Archives

Le Bloc Québécois exige que le gouvernement fédéral prenne en charge l’épave du Kathryn Spirit incrustée depuis 2011 dans le lac Saint-Louis à Beauharnois.

«En piètre état et sans entretien, l’épave datant de 1967 risque de chavirer et de répandre les eaux contaminées au mazout qu’elle contient dans le fleuve, en amont de la réserve faunique des îles de la Paix et de prises d’eau de Montréal. Le fédéral aura beau répéter aux Québécois de lui faire confiance pour protéger le Saint-Laurent dans le projet Énergie Est, force est d’admettre que sa gestion laxiste de la situation à Beauharnois n’a absolument rien de rassurant ! » dénonce sa porte-parole en Environnement Monique Pauzé dans un communiqué.

Le message fait écho à l’appel à l’aide lancé le 15 janvier par le maire de Beauharnois Claude Haineault à la suite de la décision de la compagnie mexicaine Reciclajes ecologicos maritimos d’abandonner ses droits de propriété sur le cargo. Ce qui s’est traduit par un arrêt du pompage de l’eau qui s’infiltre dans le navire. Celui-ci risque maintenant de chavirer et d’occasionner un déversement de mazout, a prévenu le premier magistrat. La Ville de Montréal réclame aussi l’action du fédéral selon le communiqué.

Le Bloc reproche aux autorités de «se renvoyer la balle».  «Transports Canada, la Garde côtière, le ministère de l’Environnement et celui de Pêches et Océans : personne n’est responsable. C’est cependant très clair que c’est au fédéral d’agir et de le faire maintenant», a indiqué de son côté Marilène Gill, porte-parole en matière de pêches et océans.