Sections

Encore de belles découvertes

Troisième saison de fouilles archéologiques dans l’île Saint-Bernard


Publié le 7 août 2017

Les recherches ont permis de repérer les fondations d’un bâtiment qui pourrait dater du régime français .

©(TC Media- Andrew Clark)

Des milliers d’artéfacts ont été déterrés de l’île Saint-Bernard par l’école de fouilles du département d’archéologie de l’Université de Montréal au cours du mois de juillet.

Parmi ceux-ci, un vase amérindien datant de l’an 500 de notre ère, des pointes de flèches amérindiennes et des fragments d’épée. Des fondations d’anciens bâtiments ont également été découvertes. Entre autres, un ancien escalier qui menait à une porte dans la façade du manoir des sœurs grises, porte qui est aujourd’hui murée. Et un coin de bâtiment qui pourrait dater du régime français. Ce coin est en continuité avec un mur qui avait été découvert lors des fouilles menées en 2016.

Certains artéfacts ont également permis de révéler des occupations amérindiennes sur l’île Saint-Bernard allant de 1000 ans avant notre ère (1000 BC) jusqu’au 17e siècle.

«Le site archéologique de l’île Saint-Bernard continue de nous étonner et de nous surprendre par sa richesse», commente Adrian Burke, qui codirige l'équipe de fouilles de l'Universtité de Montréal. avec sa collègue Geneviève Treyvaud, du centre Eau Terre Environnement de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS-ETE).  Quant à savoir s'ils reviendront sur l'île pour une quatrième saison de fouilles l’année prochaine, M. Burke en est persuadé. «Parce qu’il reste encore plusieurs questions auxquelles seul l’archéologie peut nous donner les réponses», répond-il.

L’équipe de fouilles de l’Université de Montréal, composée de deux directeurs et de douze étudiants en archéologie, a terminé ses recherches le 31 juillet.
(TC Media- Andrew Clark)

L'équipe de fouilles est composée, outre les deux professeurs, de trois assistants étudiants à la maîtrise et au doctorat en archéologie (Université de Montréal et Université Laval), et neuf étudiants au baccalauréat de l’Université de Montréal et de l’Université Mc Gill. Deux élèves d’une école secondaire de Kahnawake ont également été formés pour participer aux recherches qui ont eu lieu pendant tout le mois de juillet.

Parmi les découvertes cette année:

- Plusieurs objets reliés à la traite des fourrures (perles en verre, morceaux de chaudrons découpés, perles en coquillages, bague de type jésuite, pierre à fusil).

- Une pièce de monnaie en argent datant de 1590. Pièce recouverte de cendre et de charbon, qui laisse supposer un possible incendie.

- Deux fragments d’épée. Cette découverte est une première pour l’île Saint-Bernard, où aucun objet du genre n’avait encore été déterré.

- Un vase amérindien presque complet datant du sylvicole moyen (autour de l’an 500 de notre ère).

- Plusieurs pointes de flèches amérindiennes.

- Des milliers de restes d’animaux que les gens ont consommés sur l’île. Ces restes seront analysés pendant l’hiver au laboratoire d’archéologie de l’Université de Montréal.