Préparatifs pour démanteler l’épave du Kathryn Spirit prévus cet automne

Michel Thibault michel.thibault@tc.tc
Publié le 30 août 2016

Le Kathryn Spirit à Beauharnois

©TC Media - Michel Thibault

Les travaux préparatoires au démantèlement de l’épave du Kathryn Spirit incrustée dans le lac Saint-Louis à Beauharnois devraient commencer cet automne.

La députée fédérale de Salaberry-Suroît Anne Minh-Thu Quach indique dans un communiqué avoir obtenu des «assurances» à cet effet de la part du ministre des Pêches et Océans, Dominic LeBlanc. Une première tranche de financement pour aller de l’avant a été confirmée au ministre par le Conseil du trésor, fait part la députée.

«Le Conseil du Trésor se réunit d’ici quelques semaines et j'espère que la seconde tranche sera également approuvée en septembre», exprime Anne Minh-Thu Quach.

Pêches et Océans Canada doit envoyer pour approbation, ces jours-ci, au ministère de l’Environnement et des Changements climatiques du Québec son plan d’action pour faire disparaître le navire du décor. «Le comité de travail a fait une recommandation approuvée par tous les paliers gouvernementaux. M. LeBlanc m’a affirmé que le plan d'action découlant de cette recommandation serait prêt fin août. Pour un début de travaux cet automne, le temps est compté et j’espère que le plan d’action sera transmis dans les prochains jours. Je vais continuer à suivre le dossier de près car malheureusement, cet enjeu a subi beaucoup de retards et de changements de dernière minute», indique Anne Minh-Thu Quach dans son communiqué.

Le comité de travail auquel elle réfère a été formé en février pour trouver une solution au problème du cargo abandonné. Il regroupe des intervenants des gouvernements fédéral et provincial, de la CMM, d’Excavation René St-Pierre ainsi que des villes de Beauharnois, Châteauguay et Montréal.

Le Kathryn Spirit a été acquis à l’origine par le Groupe St-Pierre qui voulait le mettre en pièces pour la revente sur le marché des métaux. Des protestations ont fait avorter ce projet. Une compagnie du Mexique a acheté l’épave et devait la remorquer dans ce pays au climat clément mais elle a finalement jeté l’éponge. Ottawa a accepté de prendre le Kathryn Spirit en charge à la suite de plusieurs SOS lancés par le maire de Beauharnois Claude Haineault et la députée Quach. La facture du démantèlement dans les plans se situerait entre 10 et 15 M $.