Sections

Un retraité aux expériences variées candidat à Beauharnois


Publié le 12 août 2017

Alain Savard

©Gracieuseté

Fraîchement retraité après avoir roulé sa bosse dans plusieurs domaines, souvent simultanément, Alain Savard brigue le poste de conseiller municipal du district #5 à Beauharnois aux élections de novembre.

La politique n’est pas nouvelle pour l’homme de 63 ans. «J’ai travaillé à l’élection de l’ancien maire de Melocheville Daniel Charlebois et pour faire élire Claude Haineault. M. Haineault a fait du bon travail, que je veux continuer. Je crois fortement au plan de développement durable de Beauharnois 20/20», a-t-il affirmé en entrevue.

Je suis allé travailler aux États-Unis après tous les ouragans, en état de crise, Sandy, Katrina, Charley, etc

Alain Savard

Son père, Rodolphe Savard, a occupé un poste de conseiller municipal à Beauharnois pendant 20 ans, a-t-il noté.

M. Savard a rappelé qu’il avait milité pour le parachèvement de l’autoroute 30 en 1990, notamment en marchant de Salaberry-de-Valleyfield jusqu’à Châteauguay. Et également pour la conservation du bâtiment du centre communautaire au centre-ville de Beauharnois. «C’est l’ancien collège Saint-Viateur», a-t-il justifié.

Occupations diversifiées

L’aspirant conseiller a été courtier immobilier, gestionnaire et développeur de projets résidentiels dans la région, soldat des Forces armées canadiennes et monteur de lignes, un métier qui l’a mené un peu partout en Amérique du Nord. «Je suis allé travailler aux États-Unis après tous les ouragans, en état de crise, Sandy, Katrina, Charley, etc.» a-t-il fait part.

Il était aussi à l’œuvre lors de la crise du verglas de janvier 1998. Il a été chargé de s’occuper de l’armée dans la zone du «Triangle noir». «J’ai instauré un centre de recyclage avec l’armée. On a ramassé ce qui était bon parmi ce que le verglas avait détruit», a dit M. Savard. Son initiative, a-t-il fait valoir, a aidé à réparer le réseau. «On n’avait plus de matériel pour rebâtir», a-t-il confié.