Des morceaux de bois de grève imbriqués par l’inspiration humaine

Valérie Gagnon valerie.gagnon@tc.tc
Publié le 1 août 2016

Matthieu Slattery, artiste sculpteur installé à Beauharnois.

©TC Media - Valérie Gagnon

Un nouveau résident de Beauharnois, Matthieu Slattery, artiste à temps plein, profite du bord de l’eau pour amasser des bouts de bois et en faire des sculptures par « additions ».

Le hall d’entrée de l’immeuble à logement où l’artiste habite a véritablement été transformé en galerie d’art. Ses œuvres en pièces de bois polies par le courant du lac Saint-Louis sont partout. «Autant que tu veux travailler, autant il y de bois à passer», remarque-t-il.

Puisqu’il a un bateau disponible à la marina de la Ville pour profiter des plaisances nautiques la fin de semaine; il s’est dit pourquoi ne pas emménager tout près du bord de l’eau. Depuis ce temps, il s’intéresse au développement culturel de Beauharnois. Une de ses œuvres aux allures du soleil s’est fait voir lors du lancement de la politique culturelle de sa nouvelle municipalité d’accueil qui se déroulait en juin.

Trouver les formes

Matthieu Slattery ramasse régulièrement du bois aux abords du lac de la péninsule Thibodeau pour alimenter ses nouvelles créations.

«Des fois, les choses se mettent en place facilement. Du bois, j’aime ça, je trouve que c’est un bon médium qui pardonne», raconte l’artiste.

Il ne dénature pas les morceaux trouvés, sa technique consiste à additionner ces brindilles et branches d’arbre pour en faire une œuvre semi-figurative. «C’est comme un puzzle», explique-t-il. L’artiste utilise parfois de la résine d’épinette extraite d’une bûche par une méthode qu’il a découverte «par inadvertance».

Une sculpture mimant les formes d’un dinosaure peut être vue dans sa cour arrière.

«Ça peut être une folie si tu n’es pas capable de t’arrêter à un certain morceau, dit-il. J’ai des milliers de morceaux chez moi.» Ses créations pourront être admirées aux Journées de la Culture qui se tiendront le 30 septembre, 1 et 2 octobre.

Une statuette de Matthieu Slattery qui a charmé Guy Laliberté.
gracieuseté

Baigner parmi les grands

Il a déjà fait des statuettes de différents médiums pour Guy Laliberté, fondateur du Cirque du Soleil. «J’ai eu une conversation avec lui rapidement et il m’a dit qu’il appréciait ce que je faisais et qu’il avait gardé certaines œuvres dans son coffre-fort», confie-t-il. Sa passion pour la sculpture par addition s’est déclarée en 2002 alors qu’il avait offert une série de petite statuette et une plaque commémorative pour le 20e anniversaire du cirque international.  L’homme de 45 ans vient d’Ottawa et a aménagé sur le Plateau Mont-Royal avant de découvrir le coin de Beauharnois. «Mes œuvres ne sont pas tous à vendre encore dû au fait que je veux plutôt partir en tournée avec cette belle collection/exposition vers Ottawa, Toronto, et New York, en décembre», soutient-il. Matthieu Slattery a délaissé la production de clip et d’interview chez Artonik média qu’il réalisait depuis 2009 pour concentrer ses énergies créatrices vers le plaisir de l’art.