La chimie sous toutes ses coutures à Châteauguay


Publié le 28 mars 2017

Yannick Bergeron fait des démonstrations scientifiques avec Arnaud et Hubert Cyr.

©Gracieuseté - Isabelle Chénard

SCIENCE. Le phénoménal Yannick Bergeron fera la démonstration d’expériences dans le cadre de son spectacle La Magie de la chimie, à la salle Jean-Pierre-Houde du Centre culturel Vanier de Châteauguay, le dimanche 2 avril, dès 14 h.

Cet enseignant de science est un passionné, sans hésiter. C’est lui qui rédige les expériences de la revue Les Débrouillards depuis quelques années. Sa prestation fera sans doute réagir…

Que réservez-vous au public châteauguois?

«On a 10 démonstrations scientifiques qui vont du débordement de mousse jusqu’au changement de couleur en passant par des expériences avec du souffre, ouais.»

Pourquoi avez-vous choisi la chimie pour le spectacle?

«Parce que la chimie c’est très mystérieux, ce n’est pas une matière qui est nécessairement aimée plus tard. Ce que je veux faire, c’est ramener le cœur des adultes à un cœur d’enfant pour qu’ils puissent découvrir que dans la chimie, il peut avoir des choses très impressionnantes et très amusantes et que ça se rattache à la vie de tous les jours. D’ailleurs, il y a une phrase que j’aime beaucoup dire : partout où on regarde, il y a de la chimie. Il n’y a pas une matière qui ne possède pas d’atome sur Terre. […] Ça me fait rire quand le monde dit : Ah! J’ai peur de la chimie, ouache ça c’est chimique. Ben effectivement, tout est chimique. Moi ce que j’essaie de faire par des démonstrations, c’est de passer un contenu scientifique qui est un peu plus intéressant pour que les gens comprennent.»

Qu’est-ce qui vous a donné la piqûre de la chimie?

«C’est en 1994, j’ai participé à une Expo-Science. […] En ayant participé à cette exposition, j’ai touché aux Débrouillards, ensuite à l’animation scientifique, en touchant à cette animation, j’ai découvert le spectacle. J’ai découvert que j’aimais être prof et je veux faire ça tous les jours, c’est une espèce de melting pot

Quelle est la dernière expérience que vous avez écrite pour le magazine Les Débrouillards?

«C’est sur le flip the bottle. L’expérience où l’on retourne la bouteille à l’envers. C’est une mode très particulière chez les jeunes. Ils remplissent des bouteilles d’eau au tiers de la bouteille et lancent en faisant un back flip à la bouteille. Donc la bouteille part dans les airs, elle tourne dans les airs et elle retombe. […] J’explique que ça prend un liquide, ça prend la force de Coriolis*. Si on n’est pas capable de le faire avec un autre liquide, il doit y avoir une raison de fluidité.»

Est-ce que la science est accessible à tous?

Yannick Bergeron présente La Magie de la Chimie, à Châteauguay, le 2 avril.
Gracieuseté - Isabelle Chénard

«Oui, la minute que tu t’intéresses à l’univers qui t’entoure. Moi, j’ai toujours dit, la base de la science, c’est les questions. Si tu poses des questions, si tu es moindrement curieux, il faut que tu cherches. Les professeurs au primaire, ils n’ont peut-être pas la science infuse, […] mais ils ont une science que pas grand monde a; l’art de poser des questions. Quand tu es au primaire, pose des questions à tes petits mousses et ils vont sortir des réponses pour le moins surprenantes. Ce n’est pas si compliqué que ça les sciences.»

Savez-vous ce qu’est la force de Coriolis*?

C’est une force produite par l'accélération complémentaire due à la rotation terrestre et qui s'exerce sur tous les corps en mouvement à la surface de la Terre. Elle détermine la direction générale des vents et des courants océaniques, les déviant vers la droite dans l'hémisphère nord, vers la gauche dans l'hémisphère sud. (Source : www.larousse.fr)