Ses mélodies des années 1970 remixées

Dionysos


Publié le 31 mars 2017

Paul-André Thibert veut vendre quelques albums de son ancien groupe de musique Dionysos pour financer son projet musical.

©Gracieuseté

MUSIQUE. Un musicien de Châteauguay a déterré ses vieilles cassettes de son ancien groupe Dionysos pour les remixer sur CD et ainsi les vendre pour financer son projet personnel.

Fondé en 1969, le groupe Dionysos composait de la musique rock au goût de cette époque. Popularisé par les titres comme Suzie, L’âge d’or  et T’Attends Ton Train, la formation est reconnue comme étant la première à avoir enregistré un album rock en français de pièces originales. Paul-André Thibert, originaire de Sainte-Martine et résident de Châteauguay, était le flûtiste et chanteur. «On avait une compagnie de disque qui s’appelait Trans World à l’époque, qui, à cause des mauvaises ventes du deuxième album, nous refusait tout retour en studio. Il a fallu écouler nos cinq ans de contrat qui se terminait en 1975. Entre 1972 et 1975, nous n’avons rien enregistré. Par contre, nous avions travaillé de nouvelles compositions en vue de faire cet album et nous espérions toujours que la compagnie change d’idée et nous fasse entrer en studio», se souvient-il.

Je vais peut-être chanter live sur les pistes instrumentales de l’album qu’on a fait en 1995.

Paul-André Thibert, musicien de Châteauguay

Des chambardements se sont produits entre les musiciens à la suite de ces péripéties. Un anglophone s’est introduit dans le groupe. Cette rencontre leur a permis de travailler avec le Centaur Theater sur la pièce The Tooth of Crime. «On a gravité un peu dans le milieu anglophone de Montréal. On avait entrevu la possibilité de faire un album bilingue.»

De fil en aiguille, des séances de création ont eu lieu à travers tous ces changements, mais avec la montée du nationalisme de cette période charnière du Québec, la réalisation était moins fluide.

«Nous, on était connu comme un groupe rock francophone. D’une part, je n’étais pas très chaud à l’idée d’un disque en anglais et d’autre part; j’avais un accent à chier en anglais. C’est d’ailleurs le batteur qui avait chanté les chansons en anglais sur cet album», illustre Paul-André Thibert.

Poursuivre son projet de musique

Éric Clément, Paul-André Thibert, Robert Lepage, André Mathieu et Fernand Durand du groupe Dionysos, fondé en 1969 à Salaberry-de-Valleyfield.
Gracieuseté

Quelques années plus tard, le Châteauguois sort l’album Pionnier 1969-1994 – Dionysos, enregistré avec des anciens et de nouveaux membres du groupe. L’an passé, le chanteur et flûtiste est retourné en studio pour un projet personnel. Il a utilisé de vieilles démos pour en faire le disque Dionysos Inédits - 1972-1974. Avec l’accord des autres musiciens, dans le cadre de sa campagne de financement, il empochera les profits de la vente des quelque 250 copies. Des pistes ont été enregistrées sans les paroles pour que les admirateurs puissent chanter en karaoké les longs jeux de leur jeunesse. Paul-André Thibert compte réaliser une autre compilation de ses compositions de rock populaire en français à la suite de la vente de ce dernier disque.

Lancement au Pub La Grange

Pour les intéressés, il est possible d’aller à la rencontre de Paul-André Thibert, le samedi 8 avril, au Pub La Grange, dès 20 h 30, à Mercier.