Pascal Vinet connaitra sa sentence sous peu

Conduite avec les facultés affaiblis ayant causé la mort

Steve Sauvé steve.sauve@tc.tc
Publié le 12 avril 2016

Pascal Vinet a été reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies. Il connaitra sa sentence le vendredi 6 mai.

©TC Média archives

Pascal Vinet, reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé la mort de Charles Foucault le 8 avril 2012 à Beauharnois, connaitra sa sentence le vendredi 6 mai au palais de justice de Valleyfield.

«Nous avons hâte que la sentence soit rendue. Chaque fois qu’il comparait, nous revivons la tragédie.» Dominique Leduc, nièce de la victime

Lors des représentations sur sentence qui se sont déroulées le mardi 12 avril, la poursuite et la défense ont tour à tour fait leurs suggestions à la juge Marie-Chantal Doucet. Toutefois, le fossé est considérable sur la peine à appliquer.

Alors que la poursuite suggère une peine d’emprisonnement de 8 ans avec une interdiction de conduire pour les 10 prochaines année, l’avocate de Pascal Vinet, Me Debora De Thomasis, croit qu’une peine d’emprisonnement de 4 ans et une interdiction de conduire de 6 ans seraient une sentence appropriée.

Tout au long des représentations, Pascal Vinet, détenu depuis le 28 septembre 2014, puisqu’il n’a pas respecté son interdiction de conduire, a écouté calmement les deux avocates sous les regards de ses parents, de sa conjointe ainsi que des membres de la famille de Charles Foucault.

«Pascal Vinet n’a peut-être pas d’antécédents judiciaires, mais, il possède un lourd dossier en matière de conduite, expose à la juge la procureure Élise Maldemay. Il y a plusieurs facteurs aggravants qui doivent être pris en considération.»

La poursuite fait allusion au fait que Pascal Vinet circulait à 126 km/h dans une zone de 50, qu’il avait un taux d’alcoolémie de .196 mg d’alcool par 100 ml de sang, qu’il a refusé les mises en garde proposées, soit de ne pas conduire et d’appeler un taxi et que son dossier de conduite comporte 30 infractions au Code de la sécurité routière, dont trois pour haute vitesse et 13 suspensions de son permis de conduire. 

«C’est un conducteur délinquant, poursuit Me Maldemay. Nous n’avons pas affaire à une erreur de parcours. C’est le résultat d’une série de mauvaises décisions. Cette tragédie était évitable et Pascal Vinet en est pleinement responsable.»

Afin de démontrer le comportement du chauffard depuis l’accident, Me Maldemay a souligné qu’il a été arrêté alors qu’il conduisait un véhicule et qu’il lui en était formellement interdit. «Le 28 septembre 2014, les policiers ont intercepté un conducteur pour excès de vitesse. Il circulait à 82 km/h dans une zone où la limite est de 50 km/h, expose l’avocate en poursuite. Par la suite, Pascal Vinet a essayé de prendre la fuite, mais les policiers l’en ont empêché.»

Ce bris de condition a fait de Pascal Vinet un détenu. Dans le cadre de sa détention préventive, deux manquements sont à son dossier. Le 9 septembre 2015, les agents correctionnels ont découvert une fabrication d’alcool artisanale dans sa cellule et le 22 octobre 2015, Pascal Vinet s’est retrouvé en possession de 11 timbres de nicotine alors qu’il n’avait aucune prescription pour avoir ce genre de produit.