Sections

Sept accusations contre l’homme arrêté boulevard Primeau à Châteauguay


Publié le 12 juillet 2017

Le boulevard Primeau a été fermé entre les rues St-Léon et Alphonse-Desjardins à Châteauguay pendant l'opération policière.

©Photo : TC Media-Valérie Lessard

Danny William Perez, cet homme ayant mobilisé une douzaine de policiers lors de son arrestation à son domicile du boulevard Primeau à Châteauguay, le 7 juillet, devra répondre à sept chefs d’accusation. Il est toujours détenu. Il a refusé de confirmer son identité devant le juge lundi. 

M. Perez, 34 ans, est accusé d’usage de faux documents envers le Directeur de l’état civil, de tentative de fraude, de supposition de personne, de possession d’un instrument en vue de commettre un faux, de communication harassante et d’entrave au travail des policiers. Lors de sa comparution au palais de justice de Valleyfield, le 10 juillet, le résident de Châteauguay a refusé de s’identifier formellement. «Il a confirmé les noms Danny et William, mais pas Perez», explique la procureure responsable du dossier Me Camille Taillefer. Cette dernière a demandé au juge une évaluation de l’aptitude de l’accusé. Le rapport d’évaluation est attendu jeudi.

Rappel des événements

Des enquêteurs du service de police de Châteauguay se sont présentés à son domicile, au 87, boulevard Primeau, en après-midi le 7 juillet pour exécuter un mandat d’arrestation qui pesait contre Danny William Perez. À l’arrivée des policiers, le résident de Châteauguay s’est réfugié dans sa maison. Selon l’agente Nathalie Langevin, de la police de Châteauguay, «il refusait toute collaboration avec les policiers». Un périmètre de sécurité a été érigé dans le secteur pendant la durée de l’intervention. Il a finalement accepté de se livrer aux policiers une heure et demie plus tard.

Deuxième fois

Les policiers de Châteauguay étaient déjà intervenus à cette résidence dans des circonstances similaires. Le mercredi 20 mars 2013, la police s’était présentée chez lui pour exécuter un mandat d’arrestation. M. Perez était à l’extérieur de sa maison et s’était barricadé à l’intérieur à l’arrivée des enquêteurs. Il était resté pendant près de neuf heures avant de se rendre aux policiers. Il avait été déclaré coupable d’entreposage illégal d’arme à feu et d’omission de se conformer à une condition.