Sections

Une femme accusée de délit de fuite dénonce les délais judiciaires


Publié le 9 août 2017

Les faits reprochés remontent au 28 octobre 2015.

©DepositPhotos.com/JanPietruszka

Accusée de délit de fuite, une résidente de Châteauguay dénonce les délais judiciaires dans son dossier. Elle envisage d’invoquer l’arrêt Jordan pour stopper les procédures.

L’infraction qui lui est reprochée et qu’elle nie avoir commise remonte au 28 octobre 2015 à Montréal. «Mon procès a été fixé au 28 octobre 2018. Trois ans plus tard et ce n’est même pas moi ! Je trouve ça ridicule. Ça n’a pas d’allure», fait part la dame qui a demandé à préserver son anonymat.

Ça me tracasse énormément. J’ai 68 ans, je n’ai pas besoin de ça

Conductrice accusée

Elle fait valoir que les mois d’attente lui causent des ennuis. «Ça me tracasse énormément. J’ai 68 ans, je n’ai pas besoin de ça», dit-elle.

La femme a contacté le journal après avoir pris connaissance d’un article rapportant l’arrêt des procédures contre un conducteur accusé d’excès de vitesse en raison de la lenteur de la justice dans son dossier. «Il a été cité à procès plus de deux ans après l’infraction et moi ça fera trois ans», souligne-t-elle. Elle dit vouloir retenir les services de l’avocat de la défense concerné pour bénéficier aussi d’un arrêt des procédures.

La dame est accusée de ne pas s’être arrêtée après avoir heurté une voiture sur une autoroute à Montréal. «L’auto de la plaignante a eu un miroir arraché. Elle a donné mon numéro de plaque mais ce n’est pas moi. J’étais à Châteauguay lorsque l’accident s’est produit», allègue-t-elle.