La voie de l’amélioration de l’école des Patriotes-de-Beauharnois

La voie de l’amélioration de l’école des Patriotes-de-Beauharnois

Journée de concertation du personnel de la CSVT le 27 octobre.

Crédit photo : Gracieuseté

Même si elle a glissé de la 277e à la 327e place au plus récent palmarès de l’Institut Fraser, l’école secondaire des Patriotes-de-Beauharnois a amélioré son bulletin à pratiquement tous les niveaux durant la période étudiée.

Les résultats de ses élèves aux examens du ministère se sont appréciés. Et son pourcentage d’échecs a reculé de 25 %, en 2015, à 20 % en 2016. Ce, alors que près du tiers des 840 élèves de l’établissement sont des enfants handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA).

La Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands a fait savoir au journal Le Soleil de Châteauguay qu’elle ne commentait pas le palmarès de l’Institut Fraser. Sa porte-parole Geneviève Rochon a néanmoins expliqué que l’école des Patriotes-de-Beauharnois était engagée dans un processus d’amélioration continue, «comme tous les établissements de la commission scolaire, d’ailleurs».

Plan d’engagement vers la réussite

Comme c’est le cas à travers la province, la CSVT est engagée dans la réalisation d’un «plan d’engagement vers la réussite» exigé par le ministère de l’Éducation.

À cet égard, elle s’affaire à dresser un état de la situation avec la contribution de son personnel et des élèves. Des journées de concertation ont eu lieu le 27 octobre et le 2 novembre au cours desquelles 80 employés de la CSVT et une quarantaine d’élèves ont pu s’exprimer.

« Le personnel et les élèves ont travaillé aux ateliers avec rigueur et sérieux. C’était vraiment enrichissant d’avoir accès à plusieurs points de vue et de partager notre vision sur l’état de la situation de notre commission scolaire et sur ce qui nous attend pour le futur. Nous conduisons actuellement un exercice courageux avec bienveillance », affirme dans un communiqué Marc Girard, directeur général de la commission scolaire.

Enseignante à l’école Langlois, Isabelle Forget a témoigné : « Ce qui ressort de ma journée c’est l’esprit de collaboration. Nous nous sommes rassemblé tout le monde ensemble pour discuter de la réussite des élèves et donner notre opinion sur le sujet ».

Élève à l’école de la Baie-St-François, Xavier Leduc a commenté : « J’ai beaucoup aimé rencontrer des élèves des autres écoles et savoir ce qui se passe dans leur établissement. En travaillant tout le monde ensemble, cela va nous permettre d’apporter des changements dans nos écoles ».

École de rêve

Les élèves participant à la consultation ont notamment été invités à parler de leur école de rêve. Qu’ont-ils dit ? «Les élèves ont ressorti plusieurs éléments se rapportant à l’environnement et à l’activité physique à l’école. Certains rêvent que leur école soit dotée d’une piscine, ce qui faciliterait certainement l’enseignement des mesures de sécurité applicables près des plans d’eau. D’autres ont traité du bruit dans leur école, souhaité des espaces de détente ou un meilleur entretien des cours d’école. Dans tous les cas, les élèves ont pris la parole avec sérieux et maturité, entretenant l’objectif de nourrir leur appartenance à leur milieu scolaire et celui de favoriser leur réussite scolaire», a fait part Geneviève Rochon.

Le plan d’engagement vers la réussite doit être présenté au ministère de l’Éducation au printemps. Il sera en vigueur à compter du 1er juillet 2018.