Les Premiers répondants des Moissons lancent un SOS

Les Premiers répondants des Moissons lancent un SOS

De gauche à droite, les bénévoles Maurice Daoust, Alexandre Viau, Caroline Charruau, Éric Comeau, Marc-Andre Bourdeau, Mario Allard, Mylaine Robertson et Catherine Cardoso, ainsi que Réjeanne Ouellet et Mélissa Gordon à l’avant.

Crédit photo : Michel Thibault

Après 22 ans à voler au secours de citoyens en détresse dans la région de Beauharnois, les bénévoles des Premiers répondants des Moissons lancent un SOS.

«On a besoin d’aide», a fait part Maurice Daoust aux nouveaux élus de Beauharnois à leur assemblée publique du 5 décembre. Président du conseil d’administration des Premiers répondants et bénévole de la première heure en 1995, M. Daoust a exposé que le service, offert 24/7, fonctionnait essentiellement avec des bénévoles, à l’exception d’une secrétaire rémunérée. Par contre, a-t-il souligné, le nombre d’appels a progressé de 250, en 1995, à 915, en 2016, alors que le prix de l’essence, les frais de formation des bénévoles et le coût d’entretien des véhicules n’ont cessé d’augmenter.

Une intervention des Premiers répondants des Moissons à Beauharnois.

Jusqu’à récemment, les Premiers répondants des Moissons avaient deux véhicules à leur disposition, avec 260 000 et 280 000 km au compteur respectivement. L’un d’eux est tombé en panne sur l’autoroute, cet automne, en chemin pour répondre à un appel à l’aide. «On est reparti en towing, observe Melissa Gordon. On est sur respirateur artificiel.»

Les Premiers répondants proposent au conseil municipal de Beauharnois un plan de financement sur trois ans. Le groupe fera sa part en effectuant des levées de fonds, a précisé M. Daoust.

Bénévoles dévoués

Des bénévoles des Premiers répondants présents à l’assemblée du conseil municipal ont fait valoir qu’ils étaient très dévoués et que le service était essentiel. «Ça me tient à cœur. Il y en a plusieurs qui viennent de l’extérieur faire du bénévolat à Beauharnois. Certains viennent de Gatineau», a témoigné Réjeanne Ouellet.

«On fait ça en couple. On a quatre enfants. Depuis janvier, Mélissa a fait 2000 heures de bénévolat», a dit Éric Comeau, conjoint de Mme Gordon.

Alexandre Viau a plaidé que le service avait besoin de plus d’un véhicule. «Des fois, on a deux, trois appels en même temps», a-t-il mentionné.

«Si on perd ça, ce sont les citoyens qui vont payer pour», s’est désolée Mme Ouellet.

Les Premiers répondants des Moissons prodiguent les premiers soins à des gens blessés ou malades en attendant les ambulanciers.

Président du CA, Maurice Daoust a adressé une demande d’aide aux élus de Beauharnois.
Un coupe de bénévoles, Éric Comeau et Mélissa Gordon.