Un réseau électrique solidifié

Un réseau électrique solidifié

(Texte de Marie-Josée Bétournay) À la suite de la crise du verglas survenue en janvier 1998, Hydro-Québec a injecté des sommes importantes en vue de minimiser les impacts d’un événement de cette ampleur, selon la porte-parole de la société d’État Geneviève Chouinard.

4 améliorations au réseau électrique :

  1. Lors de la reconstruction du réseau, Hydro-Québec a privilégié l’installation de pylônes plus robustes à intervalles réguliers sur ses lignes. L’objectif : éviter leurs chutes en cascades, comme celles connues en 1998.
  2. De nouvelles lignes électriques ont été aménagées à proximité de la région métropolitaine de Montréal. Elles constituent un chemin alternatif pour le Grand Châteauguay, alimentée en partie par la Centrale hydroélectrique de Beauharnois.
  3. La maîtrise de la végétation a été amplifiée. L’élagage et la coupe d’arbres se font plus fréquents dans les emprises de lignes de transport. La végétation représente une cause importante des pannes de courant.
  4. La société d’État détient une meilleure connaissance des événements météorologiques. Son personnel est en mesure d’identifier les zones sensibles au verglas et, ainsi, aménager des lignes électriques plus solides dans ces secteurs.

La société d’État qualifie d’exceptionnelle la crise du verglas de 1998. Mme Chouinard parle d’une catastrophe se produisant une fois tous les 400 ans. La porte-parole ajoute que si un événement similaire se répétait aujourd’hui, le rétablissement du réseau électrique se calculerait en nombre de jours et non de semaines.