Solidaires dans la tempête à Sainte-Martine

Solidaires dans la tempête à Sainte-Martine

Crédit photo : Michel Beaudin

(Texte de Marie-Josée Bétournay) La tempête hivernale, qui s’est abattue sur la région le vendredi 5 janvier, a témoigné de la solidarité de nombreuses communautés, comme celle de Sainte-Martine.

La mairesse Maude Laberge a été à même de constater cet élan de générosité via les nombreux échanges sur les réseaux sociaux. Elle chiffre à 350 le nombre de commentaires, positifs en grande majorité, recueillis sur son compte Facebook personnel et celui de la Municipalité.

Comment expliquer un tel engouement ? Plutôt que de porter les messages et de rassurer la population, la mairesse a opté pour la coordination de l’événement, dit-elle. Maude Laberge a accentué les communications en faisant état de la situation, heure après heure, sur diverses plateformes, dont les réseaux sociaux et le site Internet de la municipalité. Même les médias régionaux ont été mis à contribution. «Ça fait partie de mon travail. Je m’investis beaucoup dans la communauté. (…) Le fait de l’avoir fait a sécurisé et cimenté l’esprit de communauté», mentionne-t-elle.

L’entraide était aussi omniprésente chez le personnel municipal, poursuit Mme Laberge. Plusieurs employés et la principale intéressée ont écourté leurs vacances pour prêter main-forte à leurs collègues. Sur le terrain, la mairesse ajoute que des agriculteurs ont mis la main à la pâte en secourant leurs voisins.

La perturbation et ses revirements

Les revirements de la perturbation sont nombreux. Les équipes de déneigement ont «travaillé ardemment sur une période de plus de 60 heures», estime Mme Laberge. Les pompiers, qui se sont déplacés en motoneige, se sont relayés à la caserne afin de répondre aux nombreux appels, deux postes de commandement de la Sûreté du Québec ont été érigés sur le territoire et quatre patrouilleurs ont sillonné la municipalité en motoneige pour s’assurer que personne ne soit coincé à l’intérieur de véhicules enlisés.

Durant ce même épisode, la Municipalité a transformé la salle communautaire en centre d’hébergement le vendredi soir. Neuf personnes provenant d’aussi loin que de l’État du Massachusetts aux États-Unis y ont trouvé refuge. «Une heure après l’appel (d’un homme à la centrale d’urgence 911), le centre d’hébergement était ouvert, les lits étaient montés, les couvertures de la caserne étaient rendues, le café était rendu», précise Mme Laberge. La mairesse ajoute que les derniers pensionnaires ont quitté la salle communautaire le samedi 6 janvier à 10 h. Deux personnes ont été conduites à leur domicile en motoneige.

La tempête et ses beautés. (Photo Michel Beaudin)

 

Photo Michel Beaudin

La mairesse Maude Laberge relate quelques anecdotes relatives à la tempête.

  • Des employés du service des travaux publics de la Municipalité ont escorté un camion-citerne vers une ferme laitière pour la cueillette du précieux liquide.
  • Les cols bleus de la Municipalité ont dû remorquer des voitures enlisées avant de déneiger les routes ; une situation que la mairesse entend corriger dans un avenir rapproché.