Abus sur des mineurs: le diocèse de Valleyfield offrira sa collaboration

Par Mario Pitre
Abus sur des mineurs: le diocèse de Valleyfield offrira sa collaboration
Léglise Saint-Joachim fait partie du Diocèse de Valleyfield. (Photo : Michel Thibault)

Le diocèse de Valleyfield montrera patte blanche afin de recenser les dossiers de plaintes d’abus sexuels commis par des prêtres sur des mineurs depuis 1950 dans ses paroisses.

La vérification externe annoncée le mercredi 27 mars par l’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, s’étendra également au diocèse de Valleyfield, considéré comme un «diocèse suffragant» au sein de la province ecclésiastique de Montréal.

Le diocèse de Valleyfield est composé de 24 paroisses dans  6 régions. Il est notamment responsables des activités ecclésiastiques dans les paroisses Saint-Joachim, Sainte-Marguerite-d’Youville à Châteauguay, de la paroisse Saint-Clément à Beauharnois de la paroisse Sainte-Martine dans la ville du même nom et dans la paroisse Saint-Philomène à Mercier.

L’exercice d’enquête dirigé par la juge à la retraite Anne-Marie Trahan se mettra en branle dès septembre prochain et pourrait durer de 18 à 24 mois. Il vise à déterminer le nombre et la nature d’allégations d’abus sexuels commis sur des mineurs par des membres du clergé et de son personnel, de 1950 à aujourd’hui.

«On souhaite vraiment exposer nos archives, dans un esprit de transparence, quant aux dossiers de plaintes considérés comme confidentiels, indique l’évêque du diocèse de Valleyfield, Mgr Noël Simard. Il s’agit d’un exercice statistique et il n’y aura aucune divulgation de noms d’individus, comme on a pu voir aux États-Unis.»

L’évêque du diocèse de Valleyfield, Mgr Noël Simard.

Mgr Simard signale par ailleurs qu’en plus des allégations d’abus sexuels sur des mineurs, l’enquête recensera également les plaintes d’abus de pouvoir ou de malversations financières.

Un appel est également lancé aux victimes de prêtres qui n’auraient encore jamais fait état de leur agression. Un bureau sera créé à cet effet où celles-ci pourront se manifester «dans un climat d’accueil et d’écoute.»

Mgr Simard affirme qu’il est difficile d’établir le nombre de cas qui seront recensés. «Avec ses quelque 300 000 personnes, le diocèse de Valleyfield est un diocèse de taille moyenne et on aura sans doute moins de cas que dans celui de Montréal; mais c’est l’exercice qui va nous le dire.»

Est-ce suffisant ?
Bien que cette «opération-vérité» manifeste une première ouverture de la part de l’Église, plusieurs observateurs estiment que l’exercice ne vas pas assez loin et réclament la tenue d’une enquête publique sur la question.

L’animateur de l’émission Second regard, Alain Crevier, a déclaré à Radio-Canada que l’exercice sera le bienvenu, mais qu’il subsistera toujours des doutes quant à sa neutralité.

Des victimes de prêtres déplorent aussi que l’exercice ne touche pas les congrégations religieuses.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Yvon Bureau Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Yvon Bureau
Guest
Yvon Bureau

L’AÉCQ devrait demander une enquête publique. Pour tous les diocèses. En même temps.
Par amour pour les enfants.
Par amour pour l’Église.
Ce serait un vrai printemps dans ce dossier des plus tristes dans l’Histoire de l ‘Église.

Entre temps, chaque diocèse devrait connaître ses prêtres et ses religieux qui ont ou ont eu des problèmes de pédophilie.
Que les coupables s’excommunient eux-mêmes ou se fassent excommunier.
La pédophilie est impardonnable. C’est odieux. C’est odiable!

Aussi, tout prêtre ou religieux devrait annuellement se situer, à son évêque, sur sa relation avec les enfants.