André Desrochers et Claude H. Vallée réunis pour le FIFA

Par Mario Pitre
André Desrochers et Claude H. Vallée réunis pour le FIFA
Le cinéaste André Desrochers et l’artiste du recycl’art Claude H. Vallée réunis dans un film sélectionné au FIFA. (Photo : Photos Journal Saint-François Archives Pierre Langevin) (Photo : Journal Saint-François Archives Pierre Langevin)

Le premier est cinéaste, le second artiste du recycl’art. Deux artistes de la région, André Desrochers et Claude H. Vallée sont réunis dans un film sélectionné au prestigieux Festival international du film sur l’art.

La 38e édition du FIFA se tient en mars, à Montréal ainsi qu’à Québec, et permet de découvrir plus de 200 films en provenance d’une quarantaine de pays.

Déjà primé à de nombreuses reprises pour ses films tels que Le Fabuleux Marais, Les Pas Pour Rire, La Saint-Louis : l’eau… culte rivière, La Beaudette : une rivière m’a parlé, ainsi que Les Voisines…Messagères (en tournée à travers le Québec ce printemps), André Desrochers retourne pour une 6e fois au FIFA, cette fois avec son film Claude H. Vallée, le Recycl’art.

Tous deux lauréats du Prix Reynald-Piché (2018 et 2016 respectivement), Desrochers et Vallée sont réunis pour un documentaire qui met en vedette celui qui se présente comme « un archéologue du présent », l’artiste multi-disciplinaire Claude H. Vallée.

Le court métrage documentaire de 28 minutes met à l’avant-plan ce spécialiste du recycl’art, le créateur de patentes inventées qui assemble et modifie des objets trouvés, récupérés ou donnés.

La caméra discrète et complice a su se faufiler dans les arcanes de création de l’artiste, et donne à voir son atelier, son hangar de soudure, sa chambre de lavage et sa salle de rouillage. Par l’image et le son, c’est un accès à sa poésie et à son oeuvre picturale flamboyante.

Ainsi, le spectateur ne regarde pas seulement le travail d’un artiste, mais l’accompagne dans sa quête d’artéfacts inusités provenant d’un passé lointain ou récent. Cette matière récupérée lui permet d’inventer un art qui se situe très près des préoccupations environnementales contemporaines.

Le sculpteur qui compose aussi des poèmes, des chansons, qui peint et dessine, explique comment la matière récoltée peut devenir symbolique et porteuse de sens.

Sur une musique originale de son complice, le musicien Michel Roy, Claude H. Vallée livre ses préoccupations sociales qui orientent ses recherches et ses « façonnages » qui peuvent sembler insolites à première vue.

Le film sera projeté en première le samedi 21 mars à 15h30 au théâtre Paul-Desmarais du Centre Canadien d’Architecture et en reprise le mercredi 25 mars à 17h30 à la salle 13 du Cinéma Cinéplex Odéon du Quartier Latin de Montréal.

De plus, dans le cadre de sa programmation dans la ville de Québec, le film sera projeté au FIFA Québec dimanche le 29 mars à 13h au Pavillon Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec.

Rappelons que ce film a été produit grâce à la participation financière du fonds culturel de la MRC Beauharnois-Salaberry.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de