André Desrochers, le cinéaste qui fait rayonner la région

André Desrochers, le cinéaste qui fait rayonner la région

Claude Piché, neveu de feu Reynald-Piché, a remis le prix à André Desrochers, réalisateur et cinéaste et récipiendaire du Prix Reynald-Piché 2018, en compagnie de Maude Laberge, préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry et mairesse de Sainte-Martine.

Crédit photo : Pierre Langevin

Le cinéaste de Beauharnois André Desrochers s’est vu décerner le Prix Reynald-Piché 2018 jeudi dernier, lui dont les images ont fait rayonner la région à travers le monde par le biais de ses nombreux courts-métrages.

Ce prix décerné par le conseil de la culture de la MRC de Beauharnois-Salaberry lui a été remis lors d’une réception à laquelle assistaient les proches du cinéaste et plusieurs intervenants du milieu culturel, réunis au Musée québécois d’archéologie de Beauharnois.

La préfète Maude Laberge a profité de ce moment pour rappeler le travail accompli par André Desrochers, reconnu tant à l’échelle locale que nationale et internationale. Elle a cité en exemple son film Le Mont Rigaud, une colline chez les hommes, sélectionné par l’UNESCO en 2010 pour représenter le Canada dans le cadre de l’année de la Biosphère, de même que le film Rien sans pennes, de Marc Girard, où son rôle de producteur-conseil lui a valu un prix Jutra en 2003.

On pourrait aussi ajouter son documentaire Le marais de Dundee, qui a été projeté en Écosse et un peu partout en Europe.
«Tout au long de sa carrière, André Desrochers a été porté par ses trois passions que sont la nature, l’histoire et les arts… C’est un artiste d’exception et nous sommes extrêmement fiers de l’avoir sur notre territoire», a déclaré la préfète.

Local dans sa vision globale
Appelé à prendre la parole, le cinéaste beauharlinois s’est dit flatté, mais aussi embarrassé de recevoir cet honneur devant la caméra, lui qui est habitué d’agir plutôt derrière la caméra. «Je suis de ceux qui préfèrent mettre en vedette ce que je représente dans mes films», dit-il.

Le cinéaste a rappelé qu’on lui avait souvent reproché d’être trop local dans ses productions, mais que cette vision faisait partie de son ADN, à travers les différentes expériences de sa vie, de son enfance chez les scouts à son passage à la télé communautaire de Châteauguay, jusqu’à l’Office national du film où il a côtoyé ses mentors Arthur Lamothe et Jean-Louis Frund.

Cette vision lui a permis de produire des films en ayant recours à des budgets plus modestes, mais qui ont néanmoins rejoint plusieurs publics. «Je remercie tous ceux qui m’ont aidé à rester local dans ma vision globale», a-t-il conclu.

Le récipiendaire a aussi reçu une certificat honorifique de l’Assemblée nationale du Québec, remis par Vickie Courchesne, conseillère politique du député de Beauharnois, Claude Reid. (Photo Journal Saint-François Mario Pitre)

Le Prix Reynald-Piché
Le Prix Reynald-Piché a été créé dans le but de rendre hommage à un artiste, un artisan, un groupe d’individus ou un organisme culturel, résidant de la MRC de Beauharnois-Salaberry ou ayant maintenu et développé tout au cours de sa carrière un lien durable avec le territoire, et dont la pratique artistique est reliée à l’une des 7 familles culturelles reconnues.
Les récipiendaires
2018 – André Desrochers, cinéaste
2017 – Denis Poirier, sculpteur
2016 – Claude H. Vallée, artiste multidisciplinaire
2015 – Jean-Marc Larrue, professeur et chercheur en théâtre
2014 – Yvon St-Aubin, artiste en arts visuels
2013 – Marcel Labelle, chercheur en histoire et ex-journaliste
2012 – Roland Viau, anthropologue et historien
2011 – Jean-Pierre Leduc, comédien, fondateur de Valspec
2010 – Stéfane Bougie, sculpteur
2009 – Reynald Piché, artiste multidisciplinaire

Commenter cet article

avatar