Actualités

Atteinte d’un cancer : ses employeurs au grand cœur lui sauvent la vie

lundi le 17 janvier 2022
Modifié à 10 h 06 min le 19 janvier 2022
Par Yanick Michaud

ymichaud@gravitemedia.com

Sylvie Parent est catégorique quand elle parle de son patron Bruno L’Heureux. « Lui et Catherine, ils ne s’imaginent pas à quel point ils ont sauvé ma vie », lance la dame atteinte d’un cancer et malgré tout, toujours à l’emploi d’Ali Excavation. (Photo Journal Saint-François – Yanick Michaud)

Sylvie Parent prétend que dans sa terrible malchance, elle a été plus que chanceuse de tomber sur des employeurs de choix qui l’appuient en ces temps incertains.

« Il y a 3 ans j’ai appris que j’avais un cancer. Des métastases agressives sur un mollet. J’ai néanmoins décidé de ne pas subir de traitement. Tous ceux que j’ai connus qui ont eu la chimiothérapie sont décédés », explique la dame de 51 ans. Elle était néanmoins consciente que les pronostics quant à ses chances de survie étaient minces.

Elle décide alors de subir de l’immunothérapie. « Des injections. Une fois par mois. Si bien que je devais souvent manquer le travail pour me rendre sur place. Je ne voulais pas donner les raisons à mon patron immédiat. Je me disais qu’en 2021, quelqu’un qui se dit condamné par un cancer se fait renvoyer immédiatement. J’arrivais du monde de la restauration. C’est ce que mi serait arrivé », croit-elle.

Or, elle a la chance de travailler pour Bruno L’Heureux, répartiteur en chef chez Ali Excavation. Il apprend que son employée souffre d’un cancer. Il décide de garder Sylvie Parent. Pour ce qu’elle pourrait apporter.

Une chance inouïe

Dès lors, la vie de Sylvie Parent change du tout au tout. « Il m’a donné une chance. Il suit l’évolution des traitements. Il m’appuie à 100 %, ils misent sur moi et j’ai recommencé à vivre », explique la femme. Elle ajoute qu’elle serait sans doute décédée, n’eût été cette prise en main des gens chez Ali Excavation.

Pour Bruno L’Heureux ça a été un naturel de garder Sylvie Parent au sein de l’équipe. « Les relations humaines, c’est quelque chose qui s’apprend. Il n’y a pas que l’éducation, il faut savoir compter sur les compétences de tout un chacun afin de bien les placer sur l’échiquier. Aller chercher le meilleur de chaque personne. J’ai regardé son parcours et j’ai vu qu’elle pouvait amener quelque chose de positif. Dans l’entreprise, on dit que le plafond, c’est toi qui fixe les limites », explique celui qui a accru ses connaissances en ressources humaines dans les dernières années pour en arriver à ces constats.

« La vraie richesse, c’est le capital humain. Ton canoé va plus vite si tout le monde est avec toi. Avec Sylvie c’est aisé parce qu’elle travaille bien et qu’elle a une véritable soif d’apprendre. En plus, elle arrive parfois avec des réponses qui sortent de l’ordinaire », lance-t-il à propos de son employée qui pense en dehors de la boîte.

Un beau défi relevé

Pour l’instant, alors que viennent de prendre fin les traitements de Sylvie Parent, Bruno L’Heureux qui est aussi PDG de NHO Cyclone, une entreprise de lavage haute pression et de conciergerie commerciale est heureux de voir Sylvie s’épanouir.

« Elle arrive avec le sourire. Elle est impressionnante. C’est une belle histoire parce qu’elle a su relever des défis et donner chaque jour le meilleur d’elle-même. On ne peut demander mieux. »

Quant à Sylvie Parent, elle conclut dans la même veine. Elle de bons mots malgré la pandémie, le confinement, le délestage. « Il n’y a pas que du négatif actuellement. On voit des gens qui sont capables du meilleur. Bruno, ainsi que Catherine qui a vu que j’avais besoin d’un cours Excel. Ils ont tout fait pour me donner une chance et ils m’ont donné bien plus. Ils m’ont donné le goût de vivre », conclut-elle.

Dernières nouvelles