chronique
Opinion

Billet d'humeur : Le cerveau à «off»

dimanche le 25 juillet 2021
Modifié à 16 h 40 min le 26 juillet 2021
Par Hélène Gingras

(Photo: Pixaby)

Prenez-vous des vacances?

J’envie secrètement ceux qui semblent toujours frais et dispos au travail. Super en contrôle. Pour qui un problème n’est jamais une montagne. Qui ont l’esprit vif, en toutes circonstances. Qui ont la solution à tout sur-le-champ. Qui ne semblent jamais connaître aucun raté.  

En raison de mon travail, mais aussi de ma personnalité, le hamster dans ma tête tourne souvent à 100 milles à l’heure. Sans arrêt. Y compris lors de mes nuits d’insomnie. On pourrait parler de charge mentale, en quelque sorte.

Je rêve d’être de ceux qui sont capables de ne plus penser au boulot une fois qu’ils sortent du bureau.

Même si j’ai l’impression chaque fois de devoir courir un marathon pour tout mettre à jour en vue de mes vacances - et que je ne dois pas penser à la charge de travail qui m’attend au retour -, jamais je n’y renoncerais.

Comme le sport, les vacances sont essentielles à mon équilibre mental. J’ai besoin de me mettre le cerveau à off de temps à autre. De ne plus être en mode de penser. D’anticiper. Même s’il me faut parfois quelques jours pour y arriver. Ce pas de recul m’est nécessaire pour reprendre mon souffle. Il me permet aussi de me décoller le nez des tâches que je finis par accomplir sans me questionner.

J’appelle ça me donner de l’espace. Parfois justement, ce temps d’arrêt me permet de trouver de nouvelles idées. De nouvelles façons de faire.

«La goutte d’eau séparée de l’océan peut trouver un repos momentané, mais celle dans l’océan ne connaît pas de repos.»

-Gandhi

J’ai plus que jamais besoin de vacances cet été. Parce que j’ai la mèche courte plus souvent et violemment dernièrement. On dira ce qu’on voudra, mais la pandémie est usante à la longue…

Pour tirer le maximum de mes vacances, je vais essayer de sortir un peu de ma routine. De faire autre chose. Sans contrainte d’horaires. Dans un monde parfait, j’aurais été dépaysée.

Je sais que je suis reposée quand je retourne au boulot et que j’ai l’impression qu’il s’est passé une éternité depuis la dernière fois où j’y ai mis les pieds. Le summum? Quand j’ai oublié des mots de passe ou des repères du quotidien qui me semblaient pourtant une seconde nature.

Je vous en souhaite de bonnes vacances cet été!

P.S. : L’édition imprimée fait relâche les deux prochaines semaines, mais pas l’actualité au quotidien. Retrouvez-nous sur le Web!

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous