Opinion

Billet d'humeur : Quand tout va mal

jeudi le 20 janvier 2022
Modifié à 14 h 15 min le 21 janvier 2022
Par Hélène Gingras

hgingras@gravitemedia.com

De la fumée sortait du capot. (Photo : Depositphotos)

Est-ce vrai qu’un malheur n’arrive jamais seul?

Je rêvais depuis une semaine de prendre un spa dans ce fameux petit  chalet que nous avons loué. Qu’on a réussi à réserver par je ne sais pas quelle chance parce que je le lorgnais depuis plus presque deux ans sans qu’il n’y ait jamais aucune disponibilité.

Le spa m’appelait. Je me voyais déjà me déposer en ce vendredi soir, avec ma tuque et un cocktail à la main. Pour faire tomber le stress accumulé des dernières semaines.

J’aurais dû avoir la puce à l’oreille quand le proprio nous a envoyé un courriel de mise en garde, dans l’après-midi, avec le code de déverrouillage de la porte. «En raison des gros froids, il est possible que le spa n’arrive pas à maintenir sa chaleur.»

À sa place, j’aurais été honnête: «Le spa est défectueux, tel que l’indique le panneau de contrôle. Ne perdez pas un seul instant à ouvrir le couvercle. Seuls vos voisins vont pouvoir profiter du leur, sous votre nez.»

C’est sur cette note que mon dernier week-end a commencé. Avant qu’on constate que la femme de ménage n’avait pas laissé de café pour la fin de semaine, contrairement à ce qui était prévu. Deuxième déception. J’ai pris une grande respiration. Mis une bûche dans le foyer. Après tout, j’étais au chaud, en santé et en sécurité.

«Mon souci principal: essayer d’oublier mes soucis secondaires.»

-Francis Blanche

Le lendemain, j’ai démarré l’auto difficilement. Il faisait froid, j’en conviens. Une légère odeur brûlée s’est propagée dans l’habitacle. Je me répétais qu’il faisait froid…

Au retour au chalet, j’ai dû me rendre à l’évidence quand j’ai vu de la fumée noire sortir du capot. Et en l’ouvrant, j’ai vu que de l’huile à moteur coulait sur d’autres pièces. Jusqu’au sol.

Je savais qu’on ne pouvait plus rouler et qu’il fallait faire remorquer la voiture jusqu’au concessionnaire situé sur la Rive-Sud (Vive la garantie!). Nous obligeant à revoir nos plans du reste de la journée et du lendemain. Y compris grignoter quelques en-cas samedi soir, puisqu’aucun restaurant des environs ne faisait la livraison.

Mis bout à bout, mon week-end a l’air désastreux. Mais je me console en me disant que ça aurait pu être pire. Ça peut toujours l’être. Que ça fait une bonne histoire à raconter.

N’empêche qu’au moment où j’écris ces lignes, j’ignore si le bris mécanique sur la voiture est garanti et je me croise les doigts.

 

Dernières nouvelles