Campagne pour une cohabitation harmonieuse en zone agricole

Par Yanick Michaud
Campagne pour une cohabitation harmonieuse en zone agricole
Pour une cohabitation harmonieuse en zone agricole en Montérégiem, des intervenants ont mis sur pied le projet « Notre campagne, un milieu de vie à partager ». (Photo : Courtoisie)

Il est important, sinon primordial de préserver la santé des sols en terre agricole.

C’est ce qu’ont en tête l’UPA de la Montérégie, 13 MRC, dont la MRC de Beauharnois-Salaberry, et l’agglomération de Longueuil en vertu d’une initiative issue de la campagne de sensibilisation à la cohabitation harmonieuse en zone agricole.

La santé des sols

Ressource essentielle pour la croissance et la vitalité des végétaux, la terre est l’actif le plus précieux des producteurs agricoles et leur principal outil de travail. C’est pourquoi ceux-ci en prennent grandement soin. Protéger cette ressource précieuse qu’est un sol en santé, c’est garder sa composition organique et nutritive riche, éviter l’érosion par le vent et par l’eau, faire attention que la machinerie agricole ne l’endommage pas, empêcher que sa structure devienne trop compacte ou instable.

Une terre en santé est fertile et donc productive. Mais elle ne permet pas seulement à des végétaux de bien pousser, elle a aussi un rôle essentiel dans le cycle de l’eau, l’épuration, la dégradation des polluants, la biodiversité et la réduction des gaz à effet de serre. Pour entretenir la fertilité des sols, des engrais sont appliqués par les producteurs, tout en évitant les excès. La fertilisation des cultures est d’ailleurs une activité encadrée au Québec. De plus, l’entreposage des engrais de ferme, le lisier, se fait dans des structures étanches et sécuritaires.

Travailler adéquatement

Pour conserver ou améliorer la santé des sols des champs, plusieurs autres pratiques sont utilisées par les agriculteurs. Faire des rotations de cultures, utiliser des plantes couvre-sol pour le protéger de l’érosion et le nourrir, réduire le travail de machinerie et faire du semis direct, donc sans labour. On peut aussi laisser les résidus de culture qui viendront fertiliser la terre.

La terre est un écosystème vivant qu’il ne faut pas dégrader ou épuiser. Que ce soit dans les champs de grandes cultures ou dans le jardin du particulier. Il est essentiel de garder les sols en santé. Pour que ce qui y pousse puisse s’y nourrir, grandir et nourrir la population à son tour.

Le projet de cohabitation harmonieuse en zone agricole est d’envergure régionale. Il a pour objectif de favoriser le vivre ensemble et le dialogue entre les producteurs agricoles et les résidents. Les différents partenaires veulent démystifier les croyances, atténuer les contrariétés et aborder les enjeux liés au travail agricole. Il est important pour les instigateurs de ce projet de faire ressortir la multifonctionnalité de la zone agricole comme lieu de vie, de travail et de loisir.

Le projet a été lancé grâce au soutien financier du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de