«C’est la plus grosse scène que j’ai vue» – une paramédic de la CETAM

Par Katherine Harvey-Pinard
«C’est la plus grosse scène que j’ai vue» – une paramédic de la CETAM
(Photo : Le Reflet - Denis Germain)

Valérie Bélanger est ambulancière pour la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CETAM) depuis 7 ans. Le carambolage monstre survenu sur l’autoroute 15, le 19 février, constitue «la plus grosse scène» qu’elle ait vue jusqu’à maintenant. Elle raconte au Reflet le déroulement de l’accident ayant coûté la vie à 2 personnes et fait 70 blessés.

L’appel, qui rapportait au départ un «accident sur l’autoroute», a été reçu à 13h30, relate Mme Bélanger.

«Dès que les premiers paramédics sont arrivés, ils ont compris que ce serait d’une envergure hors du commun», dit-elle.

Celle qui est également relationniste média ne s’est rendue sur les lieux du carambolage qu’en fin d’après-midi afin de parler aux services d’urgence et prendre conscience du déroulement des opérations.

«Tout le monde était très calme. La surprise du début était passée, raconte-t-elle. J’ai été très impressionnée quand j’ai vu ça, c’était presque un kilomètre d’accident. Il restait beaucoup d’intervenants. Ça donnait un peu l’impression que c’était plus grand que nature.»

Procédures
Un coup arrivés sur place, les premiers paramédics étaient menés par des coordonnateurs aux opérations.

«Normalement, la personne qui gère la scène est sur la première équipe d’ambulances qui arrive, explique Valérie Bélanger. Hier, c’était un peu différent parce que c’était plus gros, donc les chefs se sont déplacés et ils ont décidé de séparer la scène en deux parce que c’était tellement grand, c’était sur des centaines de mètres. C’était très difficile à gérer.»

Pour ce qui est du triage, les coordonnateurs ont suivi les protocoles établis à la grandeur du Québec. Le tout s’est «très bien déroulé», selon Mme Bélanger.

«Avec la neige, c’était plus difficile de sortir les gens. Ils ont été très patients. Tous ceux qu’on a pris en charge ont très bien collaboré avec les services d’urgence», ajoute-t-elle.

Au total, 11 transports en ambulance ont été faits en partance des lieux de l’accident vers l’Hôpital Charles-Lemoyne. Les blessés mineurs étaient quant à eux transportés en autobus au Centre multifonctionnel Guy-Dupré, à La Prairie, où un triage secondaire a été réalisé. De là, 13 autres blessés ont été transférés dans un centre hospitalier.

À 18h, tous les paramédics avaient quitté la scène. L’opération a donc duré près de cinq heures.

Une grosse journée
Lors de son entrevue avec Le Reflet, Valérie Bélanger avait déjà pu parler avec certains des coordonnateurs qui étaient en charge du triage lors de l’accident.

«C’était une grosse journée pour eux, ils étaient fatigués hier», dit-elle.

«Globalement, tout le monde est satisfait de l’intervention, poursuit-elle. On en est à laisser décanter tout ça, réévaluer ce qu’il s’est passé, les bons et les mauvais coups. On sait que ç’a bien été, mais il y a toujours des leçons qu’on peut tirer d’événements de cette envergure.»

Ce matin, la Coopérative en était déjà à «surveiller si tout le monde va bien» auprès de ses troupes.

«On commence déjà à regarder qui aurait besoin d’une plus grande écoute, explique-t-elle. On veut éviter que les gens restent seuls avec ce sentiment-là. On est très proactifs là-dessus. On a un système de pairs aidants qui est en place. Les dirigeants sont très au fait que c’est un enjeu. Ça fait partie de nos priorités aujourd’hui, au lendemain de l’accident.»

À LIRE ÉGALEMENT: Carambolage à La Prairie: l’identité des deux victimes est connue
Carambolage à La Prairie : un blessé toujours dans un état critique
Carambolage : des Américains coincés à La Prairie
Carambolage à La Prairie : des conducteurs impliqués témoignent
Carambolage à La Prairie : près de 70 blessés, deux personnes entre la vie et la mort

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de