Chiens agiles et maîtres savants au Rodéo

Par Yanick Michaud
Chiens agiles et maîtres savants au Rodéo
Émilie Ménard pratique la discipline depuis de nombreuses années et les figures exécutées avec ses chiens en Géorgie lors du Championnat du monde, ont de quoi impressionner. (Photo : Journal Saint-François – Courtoisie AE Ambiant Exposure Photography)

Quand on pense rodéo, on pense taureaux. On pense chevaux.  

Cette fois, il faudra penser chiens. Le terrain du Rodéo International Valleyfield sera le théâtre de la qualification pour le Championnat mondial de frisbees pour chiens. Cette fin de semaine, entre quarante et cinquante représentants de la race canine, accompagnés de leurs maîtres vont en mettre plein la vue aux amateurs. « C’est relativement nouveau au Québec, mais notre sport s’agrandit graduellement. Nous avons un petit groupe, mais nous voulons faire connaître la discipline. C’est très populaire en Europe, au Japon, aux États-Unis. Mais les gens seront épatés. C’est certain », note Émilie Ménard, entraîneuse canin et propriétaire de The Flying Team.

Les épreuves, établies sur plusieurs niveaux, sont surtout celles du lancer de distance, pour lequel le chien doit attraper le disque au vol, le plus loin possible de son maître. « Il y a aussi les figures, où le chien et le maître doivent effectuer une chorégraphie pendant deux minutes et convaincre les juges », dit la jeune femme de Rigaud.

Des participants de partout

C’est la première fois que des qualifications se tiennent au Québec. Les compétitions canadiennes ont habituellement lieu à Ottawa. Valleyfield accueille ce type de compétitions pour la toute première fois. « Il y a des compétiteurs de Québec, d’Ottawa, mais aussi du New Hampshire, du Maine et de New York, entre autres », lance Émilie Ménard, enthousiaste, qui participera, mais qui est aussi organisatrice.

Des chiens de toutes les grosseurs, de toutes les races, de tous les âges tenteront de se glisser parmi les qualifiés en vue du Championnat du monde prévu début novembre, les 2 et 3, à Cartersville en Géorgie. « Je suis déjà qualifiée, mais nous allons pouvoir admirer d’autres compétiteurs et espérer d’autres qualifications. De toute manière, c’est tout un spectacle », conclut la sympathique jeune femme.

Les compétitions se tiendront entre 11 h et 16 h le samedi et le dimanche.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de