Coronavirus : le risque est faible pour toute la population québécoise

Vanessa Picotte
Coronavirus : le risque est faible pour toute la population québécoise
(Photo : Depositphotos)

Alors que le risque d’importation du coronavirus au Canada est jugé faible par les autorités, la peur semble tout de même gagner la population, notamment à Brossard, où la communauté asiatique est importante.

À lire aussi : Un colis venu de Chine peut-il transporter le coronavirus ?

Devant l’inquiétude de la population du territoire, la Direction de la santé publique de la Montérégie a diffusé une lettre aux responsables des établissements scolaires et de la petite enfance pour leur rappeler qu’il est «fortement déconseillé d’exclure une personne qui n’est pas malade en raison d’un voyage en Chine ou d’un autre pays touché».

«Les personnes qui reviennent de Wuhan en Chine ou d’une autre région touchée et qui n’ont pas de symptômes n’ont aucune restriction sur la fréquentation d’un service de garde ou d’un établissement d’enseignement», peut-on lire dans la lettre.

La Direction de la santé publique de la Montérégie invite les établissements à collaborer afin «d’éviter des dérapages liés à la désinformation, qui sont susceptibles de discriminer les personnes qui reviennent d’un voyage ou dont l’origine ethnique est asiatique».

Une seconde lettre destinée aux parents dont les enfants fréquentent un établissement d’enseignement primaire, secondaire et collégial ou un centre de la petite enfance a également été diffusée pour rappeler les recommandations concernant les personnes qui reviennent d’un voyage en Chine.

Québec lance «appel au calme»

Le directeur de la Santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a d’ailleurs lancé un «appel au calme» lors d’un point de presse, le 30 janvier.

«Nous sentons monter dans la population plusieurs inquiétudes qui n’ont pas lieu d’être», a-t-il d’abord mentionné.

Le directeur a également précisé qu’il n’y a aucune raison que des parents décident de retirer leurs enfants des écoles où il y a des élèves d’origine asiatique.

«Ne pensez pas que c’est le coronavirus si une personne d’origine asiatique a le rhume, a lancé le Dr Arruda. Il y a des gens qui commencent à avoir peur d’envoyer leurs enfants dans les écoles où il y a des élèves d’origine asiatique et il n’y a aucune raison. L’inquiétude se transmet pas mal plus vite que n’importe quel microbe!»

Il a également déploré la désinformation qui a envahi les réseaux sociaux et qui «donne une perception de risque très élevée par rapport à la réalité».

«Nous sommes proactifs, nous sommes prudents, mais nous ne sommes pas en panique, a insisté le Dr Arruda. Je n’ai aucune intention de cacher quoi que ce soit et si la situation évolue, nous prendrons les mesures nécessaires pour éviter la contagion au Québec.»

Aucun cas confirmé au Québec

À ce jour, aucun cas probable ou confirmé du coronavirus n’a été rapporté au Québec et il n’y aucune personne sous investigation. Seuls trois cas ont été confirmés à travers le pays, soit deux en Ontario et un en Colombie-Britannique.

Sur son site Web, le ministère de la Santé et des Services sociaux précise qu’«advenant la confirmation d’un cas au Québec, le risque de transmission de la maladie dans la communauté demeure faible».

L’Agence de la santé publique du Canada travaille de pair avec les provinces et l’Organisation mondiale de la santé pour surveiller de près la situation. Une évaluation du risque sera effectuée au fur et à mesure que de nouveaux renseignements seront disponibles.

Les professionnels de la santé du Québec ont également accès à des outils pour identifier rapidement un cas suspect et pour s’assurer de sa prise en charge adéquate et de l’application rapide des mesures de prévention et de contrôle nécessaires.

Le masque inutile?

La Direction de la santé publique de la Montérégie a par ailleurs mentionné dans ses lettres diffusées aux établissements et aux parents les moyens pour prévenir les infections, dont le lavage des mains et les règles d’hygiène à respecter lorsqu’une personne tousse ou éternue.

«Les mesures d’hygiène de base et l’étiquette respiratoire sont recommandées pour tous», précise le ministère de la Santé.

La Direction nationale de la santé publique du Québec affirme également que les masques ne constituent pas un outil de protection utile pour la population, même dans le contexte de l’épidémie de coronavirus.

«Leur utilisation est plus indiquée pour les patients chez qui une infection est suspectée, ainsi qu’aux professionnels de la santé qui les soignent», ajoute le Ministère.

Les résidents du Québec qui développent des symptômes de fièvre, de la toux ou des difficultés respiratoires dans les 14 jours suivants un voyage sont invités à communiquer avec la ligne Info-Santé, au 811. Si une consultation est requise, il est important d’informer le milieu de soins de son historique de voyage avant de se présenter ou dès son arrivée, afin que les mesures de prévention requises soient appliquées.

Questions/réponses sur le coronavirus

Existe-t-il un vaccin pour se protéger contre ce virus?

Il n’existe actuellement aucun vaccin pour protéger contre l’infection par le nouveau coronavirus 2019.

Le vaccin contre la grippe de cette année me protégera-t-il contre ce virus?

Le vaccin contre la grippe ne protège pas contre les coronavirus.

Comment les gens sont-ils traités pour cette maladie?

Pour l’instant, il n’existe pas de traitement spécifique pour la plupart des personnes atteintes d’une infection à coronavirus. La plupart des personnes atteintes d’une maladie coronavirale courante se rétablissent d’elles-mêmes.

Comment le virus se transmet-il de personne à personne?

Sur la base de renseignements émergents, les rapports suggèrent que la propagation de personne à personne du nouveau coronavirus 2019 est limitée. À l’heure actuelle, il n’y a pas de preuve évidente que ce virus se transmet facilement d’une personne à l’autre.

Quelle est la probabilité qu’une personne infectée meure de ce virus?

La plupart des personnes atteintes d’une maladie coronavirale courante se rétablissent d’elles-mêmes.

Quelle est la période d’incubation du virus?

Les renseignements actuels indiquent que les symptômes peuvent se manifester jusqu’à 14 jours après l’exposition au virus.

(Source: Agence de la santé publique du Canada)

Pour suivre l’évolution du coronavirus 

Pour obtenir les renseignements les plus récents, il faut visiter la page Web de l’Agence de la santé publique du Canada. Il est également possible de suivre l’administrateur en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, sur Twitter @ACSP_Canada.

Les Canadiens qui voyagent à l’étranger sont invités à consulter les Conseils de santé aux voyageurs pour la Chine sur voyage.gc.ca.

Mesures d’hygiène reconnues

  • Se couvrir la bouche et le nez avec le coude pendant la toux et les éternuements.
  • Jeter les papiers mouchoirs utilisés rapidement dans une poubelle.
  • Se laver les mains après un contact avec des sécrétions respiratoires.

(Source: Ministère de la Santé et des Services sociaux)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de