Derniers abats au Chat-O-Rama

Par Patricia Blackburn
Derniers abats au Chat-O-Rama
Joachim Girard a fait ses derniers lancers avec la ligue «Des bons amis», le 8 mai, au Chat-O-Rama. (Photo : (Andrew Clark))

La salle de quilles Chat-O-Rama, située rue Principale à Châteauguay, tourne une page de son histoire. Lise Filiatrault, copropriétaire, a fermé les portes de son commerce, qui sera démoli.

«Ça fait 45 ans que je fais ça (travailler dans une salle de quilles)», confie-t-elle le cœur gros. Elle explique que le Chat-O-Rama, d’abord situé boulevard Salaberry Nord, a été reconstruit dans les locaux de la rue Principale en 1999. «On a eu de belles années, puis des années plus difficiles. Mais on a rebâti notre clientèle. Une belle clientèle, avec des employés en or», poursuit-elle.

«Ce sont surtout des gens dont je vais m’ennuyer, plus que de tout le reste» -Danielle Barette, employée du Chat-O-Rama

Près de 500 quilleurs jouaient dans ses allées chaque semaine. Quatre employés y travaillaient.

Fermeture abrupte

Jusqu’à tout récemment, ni Mme Filiatrault ni ses employés n’envisageaient une fermeture aussi abrupte. «On avait l’espoir que ça dure un an de plus, fait part une employée de longue date, Danielle Barette, qui travaille au Chat-O-Rama depuis 40 ans. Mais le propriétaire de la bâtisse où loge la salle de quilles leur a annoncé qu’il souhaitait raser l’immeuble pour vendre le terrain plus facilement. Un immeuble commercial qui a d’ailleurs fait l’objet d’un avis de détérioration émis par la Ville de Châteauguay au mois de février.

Mme Filiatrault reconnait d’ailleurs qu’elle avait plusieurs problèmes liés au manque d’entretien de la bâtisse, notamment au niveau du toit, qui coulait.

Vives émotions

Lise Filiatrault s’est adressée aux joueurs avant leur dernière partie au Chat-O-Rama.

La soirée du 8 mai, dernière d’opérations avant la fermeture, en a été une chargée d’émotions pour tout le monde. «Ce sont surtout  des gens dont je vais m’ennuyer, plus que tout le reste» confie Mme Barette.

Mme Filiatrault est décidée : elle ne viendra pas voir lorsqu’ils raseront l’endroit où elle a passé les 20 dernières années. «Ce sera trop difficile», dit-elle. Elle a vendu ce qu’elle pouvait de la salle de quilles. «Pour continuer, il aurait fallu reconstruire. Et je n’ai plus l’âge», poursuit-elle en détournant le regard, gagnée par l’émotion.

Derniers abats

Les membres de la ligue Des bons amis, qui se rencontre au Chat-O-Rama depuis plusieurs années, ont été les derniers à lancer les boules sur les allées le 8 mai au soir. «Ça fait 35 ans que la ligue existe. On a une cinquantaine de quilleurs de 20 à 80 ans qui jouent avec nous» exprime Patty Johnson, présidente de l’organisation depuis 17 ans. Joachim Girard est l’un des membres.  À 80 ans, il appréciait ses sorties au Chat-O-Rama, pour notamment côtoyer les autres membres de la ligue, qui sont devenus des amis.

Mme Johnson dit avoir essayé de trouver une autre salle de la région où la ligue pourrait continuer à jouer. «Il n’y a plus de place ni à Châteauguay ni à Beauharnois. On a trouvé quelque chose à Saint-Constant, mais on sait que ce ne sont pas tous nos membres qui pourront se déplacer là-bas» regrette-t-elle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de