Beaucoup d’objets perdus dans les autobus

Beaucoup d’objets perdus dans les autobus

Les tuques et les foulards trouvés en une seule semaine dans les autobus du RTM de Châteauguay s’accumule dans le comptoir des objets perdus.

Crédit photo : Le Soleil de Châteauguay-Patricia Blackburn

Une prothèse dentaire, une guitare remplie de billets de banque et des sous-vêtements font partie des dizaines d’objets qui sont retrouvés chaque semaine dans les autobus du Réseau de transport métropolitain (RTM) du secteur de Châteauguay. De tous ces objets perdus, seulement le quart est réclamé.

Lors du passage du Soleil de Châteauguay au point de service du RTM, le 11 décembre, la préposée qui travaillait à ce moment parlait de cinq portefeuilles perdus en trois jours. «C’est rare, normalement, c’est environ un par semaine, s’étonnait-elle.

Toutes sortes d’articles sont oubliés dans les autobus. (Photo Andrew Clark)

Quatre d’entre eux ont été retrouvés et récupérés par leur propriétaire. Le seul qui n’a pas été retrouvé contenait une grosse somme d’argent. Mais selon Christine Poirier, préposée au service à la clientèle du RTM-Sud-Ouest, il ne faut pas en tirer de leçon, car des portefeuilles sont régulièrement rapportés au chauffeur, même lorsqu’ils sont pleins d’argent. «Il y a encore beaucoup de gens honnêtes», remarque-t-elle.

Les trouvailles loufoques

Un dentier a déjà été perdu dans un autobus.

Parmi les objets les plus loufoques jamais retrouvés dans un autobus du RTM de Châteauguay, Mme Poirier évoque une guitare bourrée d’argent, des sous-vêtements (qui étaient toutefois neufs) et… une prothèse dentaire. «Un dentier avait bel et bien été retrouvé par un chauffeur et rapporté aux objets perdus. Mais quand l’usager est venu le chercher, il s’est aperçu que ce n’était pas le sien », raconte Mme Poirier.

Quant à la guitare remplie d’argent, elle a été retrouvée avec son précieux contenu et récupéré par son heureux propriétaire.

Les classiques et les nouvelles tendances

Les livres, bouteilles de plastique et parapluies s’accumulent au gré des semaines.

Parmi les classiques, il y a les parapluies, les tuques, foulards et mitaines qui sont trouvés par dizaines chaque semaine. «On les garde trois mois, après on envoie tout à un organisme de charité» indique Mme Poirier. Ces articles sont rarement réclamés par leurs propriétaires, précise-t-elle.

«Souvent, on ne retrouve pas les objets pour lesquels les gens nous appellent. Et on ne reçoit aucun appel pour les objets qu’on retrouve.» -Une préposée du service à la clientèle du bureau du RTM à Châteauguay

Les étagères d’objets perdus ont aussi vu leur contenu changer au cours des dernières années. Les téléphones cellulaires, les bouteilles de plastique se sont ajoutés à la longue liste des objets fréquemment perdus, au gré de leur popularité grandissante. «Les boîtes à lunch, bouteilles et Thermos de café sont les seuls objets qu’on ne garde pas trois mois,  pour des question de salubrité», précise la porte-parole.

Peu sont réclamés

De tous les objets retrouvés (mis à part les portefeuilles), environ 25% sont récupérés par leur propriétaire. Et cela vaut même pour les téléphones cellulaires. «Je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que leur forfait se termine et ils (les propriétaires de ces appareils) préfèrent en avoir un nouveau», conclut la préposée.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar