Actualités
English stories

Des non-résidents mécontents du surplus à payer pour jouer au Sportplex

lundi le 08 octobre 2018
Modifié à 15 h 23 min le 28 septembre 2019
Par Patricia Blackburn

pblackburn@gravitemedia.com

(English follows) Des associations sportives de la région dénoncent les tarifs pour les non-résidents que veut exiger la régie intermunicipale Beau-Château, qui gère le nouveau Sportplex à Châteauguay. Elles menacent même de jouer ailleurs si ces tarifs sont maintenus. La Régie clame pour sa part que ces frais sont imposés par souci «d’équité» envers les résidents de Châteauguay et de Beauharnois, qui assument seuls la facture du centre sportif de 17 M$. «Je viens de Soulanges. On était vraiment content quand on a su qu’il y aurait un Sportplex ici, parce qu’il n’y en a pas d’autres dans la région. Mais avec les frais que vous voulez exiger aux non-résidents, on va continuer à aller jouer ailleurs» a exprimé une femme qui assistait à la rencontre du conseil d’administration de la régie Beau-Chateau, le 2 octobre, au Sportplex. Elle n’était pas la seule dans la salle. Des représentants des associations de soccer de Châteauguay, Mercier et Beauharnois, notamment, ainsi que des parents de joueurs, occupaient la cinquantaine de chaises de l’assistance. [caption id="attachment_50797" align="alignright" width="392"] Il y avait beaucoup de mécontentement dans la foule. (Le Soleil de Châteauguay- Patricia Blackburn)[/caption] Leur présence n’était pas anodine. La Régie adoptait, lors de cette rencontre, la liste des tarifs exigés pour les différentes utilisations des plateaux du Sportplex. Également les tarifs qui seront imposés au non-résident à partir de janvier 2019, et qui ont fait réagir la foule. Ces tarifs ont été établis à 150$ du 1er janvier 2019 au 2 septembre 2019 (base annuelle, ou 10$ à la pièce). Ils grimperont à 250$ à partir du 3 septembre 2019 jusqu’au 7 septembre 2020. Un montant que les non-résidents devront ajouter à celui prévu pour l’inscription de leur enfant à une équipe sportive (soccer-baseball) «Vous allez vous retrouver avec un centre vide», a crié la représentante de l’association de soccer de Châteauguay. Bien que la majorité de ses joueurs proviennent de Châteauguay (et qu’ils n’auront pas à payer ces frais), quelques-uns sont recrutés à l’extérieur afin, dit-elle, «d’avoir une équipe plus compétitive». Elle ne voit pas comment elle pourra exiger à ces joueurs clés un surplus de 150 ou de 250 $ par rapport aux autres. Un montant qualifié de «discriminatoire» par un représentant de l’association de soccer de Mercier. «On veut que les jeunes  fassent du sport, on veut les encourager à bouger. Avec ces tarifs, vous encouragez le contraire. Vous avez une responsabilité sociale par rapport à ça» a-t-il exprimé. Équité pour les résidents de Châteauguay et de Beauharnois. [caption id="attachment_50802" align="alignright" width="411"] Bruno Tremblay. (Photo : Le Soleil de Châteauguay-Patricia Blackburn)[/caption] Les maires de Châteauguay et de Beauharnois, qui siègent tous deux au CA de la régie Beau-Châteauguay, ont mainte fois répété aux citoyens que le Sportplex ne pouvait être comparé à d’autres centres sportifs privés ou ayant obtenus des subventions gouvernementales. «Le coût du projet est entièrement assumé par les  citoyens de Châteauguay et de Beauharnois, Ce tarif de non-résident est établi pour combler le différentiel en toute équité pour les résident de ces deux villes», a expliqué Bruno Tremblay, maire de Beauharnois. Du tac au tac, des représentants d’associations sportives ont répondu que les résidents de Beauharnois et de Châteauguay se retrouveraient de toute façon à assumer seuls la facture, car personne ne pourrait aller jouer au Sportplex vu le prix exorbitant exigé pour les joueurs non-résidents. «Vous allez vous retrouver avec un centre vide» a crié une mécontente. «Vous pensez vraiment que les gens des autres villes vont payer pour votre centre?» a lancé une autre.  «Si c’était , disons 40 ou 50$, ça ne nous dérangerait pas de payer ce tarif pour non-résident. Mais là, ce sont des frais exorbitants », a fait part un homme. Des solutions [caption id="attachment_50798" align="alignright" width="420"] Pierre-Paul Routhier. (Photo: Le Soleil de Châteauguay-Patricia Blackburn)[/caption] Après une courte délibération, le CA de la Régie a proposé de mettre en suspens les frais pour les non-résidents jusqu’en avril 2019. Ce, afin de permettre aux associations sportives de compléter leurs inscriptions pour l’hiver sans devoir demander à leurs participants des hausses de prix en milieu de saison. Les maires de Châteauguay et de Beauharnois ont par la suite demandé l’aide des associations sportives. «Dans les prochaines semaines, nous allons aller rencontrer les conseils municipaux des villes avoisinantes, dont ceux de Mercier, Léry et Saint-Martine, afin qu’elles paient leur juste part de l’utilisation du Sportplex par leurs citoyens. Pour que vous n’ayez pas personnellement à assumer ces frais, a exprimé le maire de Châteauguay Pierre-Paul Routhier. Mais en tant que représentant des citoyens de Châteauguay, a-t-il ajouté, je ne peux pas leur imposer (aux citoyens de Châteauguay) de payer pour l’utilisation des résidents des autres villes. Ce n’est pas seulement à eux de faire leur part sociale pour promouvoir l’activité physique des jeunes». Dans le montage financier actuel du Sportplex, les frais chargés aux non-résidents représentent «entre  10 et 15% des coûts», a mentionné Alain Gravel, directeur général de la régie intermunicipale Beau-Château. Les coûts du projet [caption id="attachment_50807" align="alignright" width="384"] Les terrains de soccer du Sportplex, toujours en construction. (Photo:Le Soleil de Châteauguay-Patricia Blackburn)[/caption] La facture liée à la construction du Sportplex s’élève à 17M$. Le projet n’a, pour l’heure, reçu aucune subvention gouvernementale. Le complexe aquatique extérieur de Beauharnois, construit par l’entremise de la même association entre Châteauguay et Beauharnois, a quant à lui coûté 6 M$. Montant qui a baissé à 5,5 M$ après l’obtention d’une subvention fédérale de 500 000$. Ces deux infrastructures sportives ont été concrétisées par l’intermédiaire de la régie intermunicipale Beau-Château, mise en place en mai 2016 par l’ex-maire de Beauharnois Claude Haineault et l’ex-mairesse de Châteauguay Nathalie Simon. Ceux-ci souhaitaient développer sur le territoire des deux villes quatre infrastructures sportives et récréatives d’envergure régionale. En plus des deux déjà réalisées (Le Sportplex et le complexe aquatique extérieur), un complexe aquatique intérieur (à Châteauguay) et une base de plein air (à Beauharnois) sont prévus. Le coût de réalisation des infrastructures est divisé au prorata des populations (80% pour Châteauguay, 20% pour Beauharnois). Les autres villes de la région, dont Mercier, Léry et Saint-Martine, avaient refusé de se joindre à la Régie lors de sa création. [caption id="attachment_50809" align="alignnone" width="521"] Les questions étaient nombreuses. (Photo:Le Soleil de Châteauguay-Patricia Blackburn)[/caption] [caption id="attachment_50800" align="alignnone" width="521"] Le gymnase du Sportplex (Photo Le Soleil de Châteauguay-Patricia Blackburn)[/caption]  

Some non-residents unhappy over surplus to pay for playing at Sportplex

Some sports associations from the region are denouncing the tariffs for non-residents that the Beau-Château Intermunicipal Board, which manages the new Sportplex in Chateauguay, wants to exact on non-residents. They are even threatening to play elsewhere if the tariffs are enforced. The Board from its viewpoint claims that these costs are being imposed for ‘’equity’’ concerns for the residents of Chateauguay and Beauharnois, which alone are paying the $17 million bill for the sports centre. The tariffs for non-residents were established at $150 from January 1, 2019 to September 2, 2019 (on an annual basis, or $10 a visit). They climb to $250 as of September 3, 2019 until September 7, 2020.  It is an amount that the non-residents will have to add to the one foreseen for the registration of their child with a sports team (soccer-baseball). This list of prices has been adopted by the board of directors of the Beau-Château Board at its meeting of October 2. About 50 people attended the meeting. They included representatives of soccer associations from the region and parents of players, among others. ‘’You are going to find yourself with an empty sports centre,’’ reacted a representative from the Chateauguay Soccer Association. Even though the majority of players come from Chateauguay (and they will not have to pay these higher costs), a few have been recruited from outside, she said, ‘in order to have a more competitive team. Fairness The mayors from Chateauguay and Beauharnois, who both sit on the Beau-Château board of directors, explained to the citizens that the Sportplex could not be compared to private or subsidized sports centres. ‘’This surplus being asked of non-residents is established to fill the differential in all fairness for the residents of these two cities,’’ explained Beauharnois Mayor Bruno Tremblay. The board of directors nevertheless consented to freeze the costs for non-residents until April of 2019. This is in order to permit sports associations to complete teir registrations for the winter without having to ask for their participants to raise prices in mid-season. The two mayors then promised to go and meet the municipal councils of neighbouring towns to convince them ‘’to pay their fair share’’ for the use of the Sportplex by their citizens ‘’so that you don’t have to personally assume these costs,’’ explained Chateauguay Mayor Pierre-Paul Routhier. Alain Gravel, director general of the Beau-Château Intermunicipal Board, indicates that this formula is the simplest and the one most often used by other municipalities which have had similar debates. ‘’They establish an amount per capita which covers the use of the Sportplex for the citizens of other cities,’’ he explains. He was nevertheless not yet in a position to say what resembled this amount for a town such as Mercier, for example. In the current Sportplex financial picture, the surcharge to the non-residents represents ‘’between 10 and 15% of the budget,’’ Gravel specifies. Costs of the project The Sportplex, a $17 million project, has so far not received any government grant. The Beauharnois outdoor aquatic complex, built by the intervention of the same association between Chateauguay and Beauharnois, costs $6 million. It is an amount that was lowered to $5.5 million after the acquisition of a $500,000 federal subsidy. These two sports infrastructures have been finalized by the intermediary of the Beau-Château Municipal Board, which was put in place in May of 2016. The cost of producing the infrastructures is divided on a pro-rata basis of the populations (80% for Chateauguay and 20% for Beauharnois). The other towns from the region, including Mercier, Lery and Ste. Martine, had refused to join the Board when it was created. (Translation Dan Rosenburg)  

Dernières nouvelles