Culture

Entrer dans la danse pour financer le projet de l’Académie Zénith

vendredi le 07 janvier 2022
Modifié à 10 h 18 min le 07 janvier 2022

Pour sa campagne de financement, l’Académie Zénith a trouvé un partenaire de choix en la personne du danseur étoile et juge de l’émission Révolution Jean-Marc Généreux.

Ce dernier propose à des participants, dans le cadre d’un défi créé sur mesure appelé «Entrez dans la danse», de relever le défi d’apprendre une danse en équipe ou en solo et de se faire commanditer d’ici la présentation d’un événement qui se déroulera le 20 janvier en version virtuelle.

L’objectif étant de 250 000$, les fonds amassés permettront à l’organisme de Longueuil d’aménager dans des locaux plus spacieux. Le tout, dans le but d’offrir des services à un plus grand nombre de familles ayant à leur charge un parent âgé de 21 ans et plus vivant avec un handicap physique ou mental.

Les participants se sont par ailleurs vu offrir la possibilité de suivre quatre formations en ligne animées par Jean-Marc et ses complices, Alex Francoeur et Alexandre Leblanc.

Après 21 ans, le néant

«Nous offrons un répit d’urgence aux familles et des activités de jours, explique la fondatrice de l’Académie Zénith, Maryse Tessier, dont le fils de 30 ans est lui-même handicapé. Quand les personnes qui ont un handicap physique ou intellectuel arrivent à 21 ans, tout d’un coup, il n’y a plus de services. Les ressources ne sont plus là pour les parents et les aidants. C’est le néant.»

L’association avec Jean-Marc Généreux est venue de façon naturelle lorsque ce dernier a contacté l’organisme, dont la campagne est notamment soutenue par le Groupe Maurice et Québecor, afin d’avoir des services pour sa fille Francesca dont le développement a été compromis à un jeune âge en raison des effets de la maladie de Rhett. 

«Nous avons beaucoup entendu parler d’autisme ces dernières années, poursuit Mme Tessier, mais on a du même coup oublié certaines clientèles, celles de la trisomie, de la déficience intellectuelle. C’est devenu moins populaire. Alors avec Jean-Marc, on espère un peu remettre le sujet sur la sellette.»

Un répit nécessaire

Rappelons que, selon l’Office des personnes handicapées du Québec, 6,5% des résidents de la province âgés de 15 ans et plus doivent vivre avec une incapacité grave ou très grave. 

La réalité serait particulièrement préoccupante pour les nombreuses familles monoparentales ou vivant une situation financière précaire.

Pour Mme Tessier, il est primordial pour l’organisme d’aménager dans de plus grands locaux afin d’accommoder plus de familles qui, à l’instar de la sienne, ont besoin d’un occasionnel répit.

«Notre plus jeune a 21 ans et notre plus vieux, 56 ans, explique cette dernière. Nos locaux sont pleins mais nous aimerions en accueillir un peu plus, offrir plus de services. Il y a une grosse problématique notamment pour les personnes vieillissantes. Nous avions par exemple un membre de notre C.A. dont les jumelles handicapées venaient à l’Académie. Il a appris qu’il avait le cancer et qu’il devait subir des traitements de chimio, alors que ses filles sont en fauteuil roulant. Il n’avait pas de répit, pas de ressources pour l’aider. »

Pour en savoir plus sur la campagne de financement «Entrez dans la danse», se rendre au www.academiezenith.com/entrez-dans-la-danse

(Zenith-JM Genereux)

Dernières nouvelles