«Il y a des gens qui ne comprennent pas que c’est une question de vie ou de mort»

Par Audrey Leduc-Brodeur
«Il y a des gens qui ne comprennent pas que c’est une question de vie ou de mort»
(Photo : Facebook)

Le gouvernement estime la situation sous contrôle lorsqu’environ 20 Québécois par tranche de million sont testés positifs à la COVID-19 chaque jour. Au cours de la dernière semaine, cette moyenne n’a pas été atteinte, s’est réjoui le ministre de la Santé Christian Dubé, qui a néanmoins rappelé que des personnes ne prennent toujours pas au sérieux les mesures sanitaires.

Soulignant que «le Québec est parmi les endroits dans le monde où la pandémie est actuellement le mieux contrôlée», le député de La Prairie a comparé la gestion de la propagation à celle d’un feu de forêt.

«Le virus est un feu de bosquet. Chaque fois qu’il y a un coup de vent, il prend de l’ampleur. Il faut éviter qu’il se transforme en feu de forêt», a-t-il imagé lors d’un point de presse, le 25 août.

M. Dubé est revenu sur les étapes de déconfinement qui ont eu cours au fil des derniers mois, relevant que la réouverture des écoles primaires au printemps et les vacances d’une région à l’autre cet été, notamment, «se sont très bien passées».

«Le résultat est qu’on a très bien réussi à contrôler le niveau d’augmentation de la COVID-19, a assuré le ministre de la Santé. Je veux remercier les Québécois, car nous n’avons pas réussi cela par magie. On a réussi parce que la vaste majorité des Québécois ont respecté les mesures sanitaires. Je tiens aussi à remercier les équipes médicales.»

M. Dubé s’est aussi adressé aux citoyens qui doutent de l’efficacité des consignes, dont le port du masque.

«Chaque cas peut entraîner un décès. Des vies sont en jeu. Il y a encore des gens qui ne comprennent pas que c’est une question de vie ou de mort», a martelé celui qui a fait valoir quatre raisons pour respecter les mesures sanitaires.

«D’abord, faisons-le pour nos aînés. Puis, pour éviter d’engorger les hôpitaux, afin de laisser de la place aux autres opérations. Aussi, il faut préserver la santé et penser à la vie des employés du milieu de la santé. Finalement, si nous faisons tout cela, nous serons capables de repartir l’économie», a détaillé M. Dubé.

Pas d’application mobile 

Par ailleurs, le gouvernement a choisi de ne pas aller de l’avant pour le moment avec l’utilisation de l’application mobile de traçage des cas de COVID-19. Le ministre de la Transformation numérique, Éric Caire, soutient que la pandémie est suffisamment «sous contrôle» pour qu’il n’ait pas à l’employer. Néanmoins, il se dit prêt à l’utiliser lors d’une potentielle deuxième vague. Selon les résultats de la consultation publique effectuée en juillet, environ 75% des Québécois se sont dits favorables à l’employer.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires