Je démissionne : le maire m’a rendu malade !

Je démissionne : le maire m’a rendu malade !
Guillaume Lévesque-Sauvé (Photo : Gracieuseté)

(Lettre de démission de Guillaume Lévesque-Sauvé, Conseiller municipal / District 3 – Des Moissons, à Beauharnois, adressée à Karen Loko, greffière de la municipalité)

Pour des raisons de santé, je vous présente ma démission à titre de conseiller municipal du district 3 – Des Moissons de la Ville de Beauharnois, après 10 ans de loyaux services.
C’est le 1er novembre 2009 que je suis élu pour la première fois à titre de conseiller municipal du district 3 – Des Moissons de la Ville de Beauharnois. À cette élection, M. Claude Haineault est élu maire de la Ville. Dès ce premier mandat, nous mettons sur pied le Plan stratégique de développement durable Beauharnois 20/20. Avec l’arrivée de l’Autoroute 30, le 12 décembre 2012, Beauharnois connaît un essor extraordinaire.

Le développement industriel, commercial et résidentiel profite de notre vision et de notre action.
Les projets sont nombreux, grandioses et novateurs. La population accepte avec beaucoup de fierté la transformation de la ville.

À l’élection du 3 novembre 2013, je sollicite un deuxième mandat. C’est d’ailleurs avec une forte majorité que je suis élu. Claude Haineault est à nouveau élu maire de la Ville. Nous poursuivons alors les objectifs de Beauharnois 20/20 et continuons de développer la Ville.

Le 5 novembre 2017, je sollicite un troisième mandat à titre de conseiller du district 3 – Des Moissons de la Ville de Beauharnois. À cette occasion, je suis élu avec une majorité écrasante.

J’obtiens 72,7 % des votes exprimés dans mon secteur. Pendant la campagne électorale, j’appuie Bruno Tremblay, candidat à la mairie. Ce dernier crie haut et fort qu’il poursuivra le Plan stratégique Beauharnois 20/20. Tout au long de la campagne, il parle constamment de continuité.
Dans son dépliant électoral, Bruno Tremblay écrit : « Le programme que je vous propose s’inscrit dans un contexte de continuité et de développement. Au cours des prochaines années, nous devrons maintenir le rythme, assurer la même efficacité dans nos décisions et demeurer toujours aussi créatif dans l’élaboration de nos projets. »
Quelques semaines après l’élection, je constate rapidement que Bruno Tremblay nous a dupés.
Le 30 janvier 2018, lors d’une séance publique, je m’adresse aux citoyens afin de dénoncer l’inertie du maire Tremblay.
Je déclare alors : « Vous nous avez trompé Monsieur le maire. Votre vision n’est plus la même aujourd’hui. Vous doutez même des actions que le conseil précédent a posées. Vous doutez également du plan financier préparé par l’administration précédente. En fait, vous n’avez pas de vision. »

Un climat extrêmement toxique
Bruno Tremblay a instauré un climat de travail toxique au sein du conseil municipal et des employés de la Ville. Rapidement, je constate que, jour après jour, semaine après semaine, le climat se détériore énormément.
Depuis l’élection de Bruno Tremblay, près de 20 employés ont choisi de quitter leurs fonctions.
Des employés de grande qualité qui ont contribué au développement de la Ville et qui affichaient une grande fierté à l’égard des réalisations de l’administration Haineault. En grande majorité, ces employés représentaient la relève, l’avenir de la Ville.
Comment le maire Tremblay peut-il accepter de perdre ces compétences? Plusieurs de ces employés étaient tout simplement écoeurés de l’ingérence du maire, de son absence de vision et de son attitude déplorable au quotidien. Au cours des deux dernières années, plusieurs postes clés de l’administration ont été abolis dont celui du service de développement économique.
Parmi les projets retardés ou suspendus, notons : le développement des champs Perras, la réfection de la rue Ellice et de la rue Saint-Laurent, la marina de Beauharnois, la capitainerie, l’acquisition du site de Domtar et l’expansion du parc industriel par la Ville.
En fait, à ce jour, Bruno Tremblay n’a toujours pas de plan de développement, pas de vision.
C’est de la pure improvisation, de la gestion à la petite semaine.
Pendant huit ans, à titre de conseiller municipal sous l’administration Haineault, je n’ai pratiquement jamais manqué une assemblée publique, ni un plénier. J’ai toujours eu beaucoup de plaisir à représenter les citoyens de mon secteur et à contribuer activement au
développement de la Ville.
J’ai toujours supporté les employés municipaux et j’ai toujours reconnu la qualité de leurs actions au sein de notre municipalité.
Depuis l’élection de Bruno Tremblay, j’ai tenté de poursuivre le travail initié par l’administration Haineault. Le climat extrêmement toxique ne m’a jamais permis de me démarquer, de mettre de l’avant mes idées.
Bruno Tremblay nous a démontré, par ses actions, qu’il est un être irrespectueux, centré sur lui-même.
Il ne respecte pas ses promesses, manipule les membres du conseil et les informe après avoir pris des décisions sans les consulter.
Bref, son attitude tyrannique a eu raison de moi. Après plusieurs tentatives de poursuivre mon engagement, j’ai compris qu’il était impossible de travailler avec lui et qu’il fallait à tout prix préserver ma santé. Mon engagement politique se termine donc et je ne serai définitivement pas candidat à la prochaine élection.
Par respect pour moi et pour les citoyens, j’ai donc décidé de démissionner de mes fonctions de conseiller municipal. Le maire m’a rendu malade !

Mon engagement
Je suis tout de même fier d’avoir participé à la réalisation du Plan de développement durable
Beauharnois 20/20. Parmi les projets auxquels j’ai participés, notons:
• Implantation du service d’autobus local gratuit;
• Création et développement de l’espace commercial « District Beauharnois » (Harden);
• Développement du parc industriel;
• Reprise et relance des installations d’Alcan avec OVH et 11 nouvelles entreprises;
• Création de plus de 1 500 emplois;
• Aménagement de l’écocentre;
• Agrandissement et rénovation de la bibliothèque;
• Adoption de la Politique culturelle;
• Adoption de la Politique de la famille et des aînés;
• Adoption de la Politique des loisirs, du sport et de la vie communautaire;
• Rénovation du centre communautaire;
• Construction du skate park et du terrain multisports;
• Aménagement de jeux modulaires dans les parcs;
• Aménagement de jeux d’eau (secteurs ouest et est);
• Mise à niveau des usines de traitement des eaux;
• Création de la Coop santé;
• Construction du complexe aquatique Beau-Château;
• Etc.
Ce climat toxique me force à démissionner

Je remercie les citoyens du district 3 – des Moissons de leur confiance et de leur appui pendant toutes ces années.
J’aimerai toujours la Ville de Beauharnois et je souhaite que son développement puisse se poursuivre dans les années à venir, sous la gouverne d’un maire plus dynamique, ayant une vision et respectant ses citoyens.
M. Tremblay a récemment invité des citoyens à s’établir à Vaudreuil ou à Salaberry-de-Valleyfield. Je pense plutôt qu’il faut encourager les gens à demeurer ici et à participer à la vie citoyenne sous le signe de la fierté !
Depuis quelques semaines, un groupe de citoyens s’est levé pour s’opposer à Bruno Tremblay et préparer la venue à l’automne 2021, d’une nouvelle équipe axée vers le développement et la fierté, il s’agit d’Action Beauharnois.
J’espère que ma démission permettra à ces citoyens de prendre place à l’hôtel de ville de Beauharnois afin de contrer les actions toxiques de Bruno Tremblay et surtout, de préparer la prochaine élection.
Moi, je dois maintenant prendre soin de ma santé, relever de nouveaux défis et retrouver la paix intérieure.
Je tiens à remercier Monsieur Claude Haineault qui m’a permis de m’engager en politique municipale lors de l’élection de 2009. Claude était un mentor extraordinaire, très respectueux des gens avec qui il travaillait. Il avait une vision et possédait toutes les qualités requises pour développer notre ville et permettre à ses conseillers de participer activement à ce développement.

Démission effective le 9 janvier 2020
Ainsi, pour des raisons de santé, je vous présente ma démission à titre de conseiller municipal du district 3 – Des Moissons de la Ville de Beauharnois, après 10 ans de loyaux services.
Ma démission est effective à partir d’aujourd’hui, le jeudi 9 janvier 2020.
Veuillez accepter, Madame Loko, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

 

Partager cet article

6
Laisser un commentaire

avatar
5 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
GuestIsayajnpThéo Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
trackback

[…] invoque «des raisons de santé». «Le maire m’a rendu malade!», écrit-il dans une lettre adressée à la greffière de la Ville, Karen Loko, dont il a transmis une copie au […]

jnp
Guest
jnp

vous n’avez jamais travaillé pour quelqu’un qui est infecte ??
il faut l’expérimenter au moins une fois dans sa vie pour comprendre

Théo
Guest
Théo

Pauvre Tit-Pitt, soigne toi bien…

Isaya
Guest
Isaya

Est-il si difficile de destituer un Maire ? si Oui, alors notre société est foutu, car sa va aller de pire en pire.

Guest
Guest
Guest

J’ai vu ce maire gérer un Comité consultatif d’urbanisme il y a près de 10 ans quand il était alors conseiller municipal. J’ai tout de suite vu le genre de personne qu’il est . M.Sauvé, ce que vous dites à son sujet est très exact.  »Centré sur lui-même » , toxique, ingérence , veut mener tout seul à sa manière. On le voit tous maintenant. Sortons ça de là au PC!!

trackback

[…] leur candidature pourront le faire du 21 mars au 3 avril. Le 9 janvier, Guillaume Lévesque-Sauvé a remis sa démission à la Ville en mentionnant que le climat de travail au sein du conseil actuel le « rendait malade […]