La Maison des enfants Marie-Rose s’envole sous l’aile de Québec

La Maison des enfants Marie-Rose s’envole sous l’aile de Québec
Devant le Manoir Ellice, Claude Reid, député de Beauharnois, Maude Laberge, préfète de la MRC Beauharnois-Salaberry, Janine Lefebvre, directrice générale de la Maison des enfants Marie-Rose, et Rodolphe Demers, codirecteur de la Maison des enfants Marie-Rose. (Photo : Pierre Langevin)

Le projet de la Maison des enfants Marie-Rose de déménager dans le Manoir Ellice à Beauharnois passe finalement en mode réalisation.

À lire aussi : Du pain pour réaliser le rêve du Manoir Ellice

Le gouvernement du Québec accorde à l’organisme le coup de pouce qui manquait pour aller de l’avant. Le député Claude Reid a annoncé le 24 octobre une aide financière de 512 898 $ à l’organisme qui offre des activités culturelles aux enfants de 5 à 12 ans. La somme provient du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR). Elle s’ajoute à des montants confirmés provenant de divers horizons, totalisant près de 800 000 $, qui n’étaient pas suffisants pour rénover l’édifice patrimonial à l’abandon, en vue de s’y installer.

Directrice générale de la Maison des enfants Marie-Rose, Janine Lefebvre est bien heureuse de voir la dernière pièce du casse-tête en place. «Pour moi, c’est un geste de grande justice sociale pour notre région. On reconnaît que la cause des enfants, on la prend au sérieux», a-t-elle commenté. «C’est vraiment formidable. Beauharnois va être fou de ses enfants.»

Le député Reid reconnaît l’importance de l’organisme. « Le déploiement de la mission de la Maison des enfants Marie-Rose est certes un élément important pour l’épanouissement des enfants et familles de notre communauté. Avec la revitalisation de ce bâtiment patrimonial, ce sont jusqu’à deux fois plus de jeunes qui pourront participer aux ateliers d’art, de musique, d’horticulture et de cuisine », a-t-il fait part.

Le geste du gouvernement reconnaît la contribution de plusieurs, qui font des pieds et des mains depuis des années, pour que l’organisme puisse prendre un nouvel envol.

« Cette initiative est l’aboutissement de beaucoup d’efforts et de travail de la part des partenaires de la Maison des enfants Marie-Rose. Je partage donc leur enthousiasme lié à la réalisation de cet agrandissement qui permettra aux enfants, aux familles ainsi qu’à la population de Beauharnois et des environs d’avoir accès à un lieu de culture adéquat », a affirmé Christian Dubé, ministre responsable de la région de la Montérégie.

Le projet

La Maison des enfants Marie-Rose actuelle est trop petite pour accueillir tous les jeunes désireux de profiter de ses ateliers de chant, de musique, d’arts plastique mais aussi de l’aide aux devoirs, du jardinage et plein d’autres trucs amusants. «Les enfants adorent les arts. Certains me disent : quand je chante, je m’aime. Quand on chante, on est heureux», témoigne Janine Lefebvre. Comment réagissent les enfants à la bonne nouvelle ? «Des enfants demandent : c’est-tu vrai ? Ça fait tellement longtemps», note-t-elle.

Les ouvriers ont déjà commencé à s’activer dans l’ancien Manoir datant de 1852. Des locaux insonorisés et adaptés pour l’aide aux devoirs, une salle multifonctionnelle et un café-bistro figurent dans les plans. Une salle de concert est aussi envisagée. L’investissement total atteint 1,9 M $.

La valeur patrimoniale du Manoir Ellice en fait un lieu de prédilection pour initier les enfants à la culture, ont considéré de leur côté Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, et Patrick Bousez, président de la Table de concertation des préfets de la Montérégie et membre du comité régional de sélection de projets du Fonds d’appui au rayonnement des régions.

« Notre gouvernement contribue, par le biais du FARR, au progrès de nos communautés, et ce, dans un esprit de développement durable. Investir dans ce bâtiment, c’est aussi investir dans notre avenir. C’est tout le Québec qui bénéficiera plus tard d’avoir inculqué, dès le bas âge, le goût des arts aux jeunes », indique Andrée Laforest.

« La valeur patrimoniale du Manoir Ellice en fait un lieu de rencontre riche de sens et exceptionnel pour le développement communautaire et le rayonnement de la culture. La qualité de vie et la culture étant au cœur des priorités qui guident l’attribution des aides dans le cadre du FARR, nous sommes fiers de lui offrir un second souffle », dit Patrick Bousez,

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
trackback

[…] À lire aussi : La Maison des enfants s’envole sous l’aile de Québec […]