La passerelle du ruisseau Saint-Jean finalement reconstruite

Par Patricia Blackburn
La passerelle du ruisseau Saint-Jean finalement reconstruite
La passerelle permet de traverser une zone marécageuse. (Photo : Michel Thibault)

(English follows) Après avoir renoncé au projet de reconstruction de la passerelle du ruisseau Saint-Jean, dans le secteur du parc Joseph-Allard, la Ville de Châteauguay a finalement approuvé les travaux. Mais à moindre coût.

Les élus ont autorisé, le 15 avril, une aide de 275 000$ à Héritage Saint-Bernard, organisme qui gère le site. Ce dernier avait déjà obtenu une subvention de 285 000$ du provincial pour réaliser le projet, dont le coût total est estimé à environ 550 000$.

Abandon de la structure d’acier

Les travaux devaient d’abord se réaliser pendant l’hiver 2018-19. Mais les coûts du projet se sont avérés plus élevés que prévu, soit 800 000$ au lieu de 500 00$. Ce qui a motivé le Conseil de Ville de Châteauguay à stopper le projet, jugé trop dispendieux.

Luc L’Écuyer, directeur général d’Héritage Saint-Bernard, explique que les plans ont été revus. «On avait au départ prévu une structure en acier avec un tablier en bois. Mais puisque c’était très cher, on a plutôt opté pour une passerelle sur pieux vissés, avec tablier en bois. La durée de vie sera un peu moins longue (passant de 70 ans à 25 ans). Mais c’est quand même très solide et mieux que ce qu’on avait avant, avec l’ancienne passerelle. Celle-ci était construite sur un système de cages, moins stable que les pieux vissés» spécifie-t-il.

Travaux dès l’hiver

Le projet comprend la démolition de l’ancienne passerelle, l’obtention d’un certificat d’autorisation du MELCC (qui peut prendre 6 mois), l’élaboration de plans et devis, l’étude de sol, la surveillance de chantier, la réparation du sentier menant à la passerelle et enfin, la reconstruction de la passerelle entièrement en bois sur pieux vissés.

Si tout se passe comme prévu, les travaux devraient commencer l’hiver prochain. «La démolition de l’ancienne passerelle et le vissage des nouveaux pieux doit se faire pendant que le marécage est gelé. Ce qui augmente le niveau de difficulté», mentionne M. L’Écuyer.

Sentier barricadé

La passerelle actuelle a été construite en 2000 avec des poteaux de cèdre récupérés de la crise du verglas. Elle traverse un marécage sur une distance de 700 pieds de long (environ 213 mètres), sur le territoire du ruisseau Saint-Jean, en faisant le pont entre les rives du lac Saint-Louis et le sentier multifonctionnel menant au Parc de la Commune.  Devenue trop dangereuse, elle est barricadée depuis plus d’un an. Elle aurait notamment beaucoup souffert des inondations du printemps 2017.

St. Jean stream’s footbridge rebuilt

After having renounced the project of rebuilding the St. Jean stream’s footbridge in the Joseph Allard Park sector, the City of Chateauguay has finally approved of the works, but at a lower cost.

City Council on April 15 authorized assistance of  $275,000 to Heritage St. Bernard, the group which manages the site. Heritage St. Bernard had already obtained a grant of $285,000 from the provincial government to carry out the project, whose total cost is estimated at about $550,000.

Steel structure abandoned

The work was originally supposed to be produced during the winter of 2018-19. But the costs of the project turned out to be higher than foreseen, at $800,000 instead of $500,000. This motivated Chateauguay’s elected officials to halt the project, then judged too expensive.

Luc L’Écuyer, director general of Heritage Saint-Bernard, explains that the plans have been revised. ‘’At the outset we had foreseen a steel structure with a wooden footboard. But because this was too costly, we opted instead for a footbridge on screwed-on posts with a wooden apron. The life span will be a bit less lengthy (falling fron 70 to 25 years). But it’s still very solid and better than what we had before with the old footbridge. That one was constructed on a system of cages, which was less stable than the screwed-on posts,’’ he specified.

If all goes as planned, the works should start next winter.

(Translation: Dan Rosenburg)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de