Les retraités à l’entraînement

Les retraités à l’entraînement

Roger Petroff, 73 ans, et Denis Larochelle, 69 ans, font du vélo stationnaire depuis plusieurs années. Pour Josée Mailloux, kinésiologue à la barre d’Énergie Cardio de Châteauguay, l’entraînement fait partie de l’hygiène de vie.

Crédit photo : Le Soleil de Châteauguay – Andrew Clark

(Texte de Marie-Josée Bétournay) La kinésiologue Josée Mailloux le confirme, comme les retraités disposent de temps libre, plusieurs d’entre eux commencent ou reprennent l’entraînement.

La kinésiologue, à la barre du centre de conditionnement physique Énergie Cardio de Châteauguay, explique que l’activité physique ralentit l’effet du vieillissement et procure une meilleure qualité de vie. «En s’entrainant, on améliore notre flexibilité, notre force, notre mobilité, notre vitesse, notre cardio… tous les paramètres de l’activité physique s’améliorent», dit-elle.

Mme Mailloux attribue plusieurs bienfaits à l’activité physique chez la personne retraitée, dont une augmentation du flux de la circulation sanguine. Elle aide aussi au contrôle des émotions. «Canaliser ta peine ou ta rage et la mettre dans ton vélo, dans ton tapis, ça fait du bien. C’est le meilleur médicament», poursuit-elle.

La kinésiologue ne voit aucune restriction à l’entraînement chez l’aîné. Même la course à pied est possible. Tout repose sur la préparation, selon elle. «On commence avec la marche, on fait des exercices de renforcement. On évalue la personne, on lui fait un programme pour débutant qui va lentement l’amener vers la course», détaille-t-elle.

Musculation

Comment se portent nos aînés? Josée Mailloux note un grand manque de flexibilité et de musculation chez eux. «Ils comprennent l’importance du cardio, mais la musculation c’est encore à travailler. (…) Les gens ont l’impression que c’est juste la levée de poids. Ce n’est pas seulement cela. Il y a plusieurs exercices qui sollicitent le poids du corps, des exercices fonctionnels qui vont nous rendre plus alertes sur la patinoire l’hiver, faire en sorte que nous pouvons attacher nos souliers, aller chercher une conserve sur la tablette du haut dans le garde-manger», souligne-t-elle. À titre d’exemple d’exercices fonctionnels, Josée Mailloux parle de push-up les mains en appui au mur.

Les aînés : 20 % de la clientèle

Chez Énergie Cardio de Châteauguay, les personnes de 60 ans et plus représentent 20 % de la clientèle. Les femmes demeurent majoritaires à 60 %. En grande partie, les gens dans la soixantaine s’entraînent pour des raisons bien modestes, comme jouer avec leurs petits-enfants, dormir mieux et avoir plus d’énergie, mentionne Josée Mailloux.

Roger Petroff fait de l’activité physique sur une base régulière depuis neuf ans, pour améliorer ses capacités cardiovasculaires. L’homme de 73 ans a subi cinq pontages en 2008. Il surveille également son alimentation. Et s’il cessait son entraînement du jour au lendemain? «J’engraisserais», répond le résident de Châteauguay.

M. Petroff a entraîné un couple d’amis dans son aventure. «Avoir su, j’aurais commencé bien avant. C’est un mode de vie, ça fait du bien», dit Denis Larochelle, qui s’entraîne avec sa conjointe Monique. Le Châteauguois de 69 ans bouge en gymnase depuis sept ans. Quels sont les bienfaits de son entraînement? «Je ne fais pas de diabète, ni de cholestérol. Ça doit aider. Quand je n’y vais pas, il me manque de quelque chose», lance-t-il.

 

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Les retraités à l’entraînement"

avatar
Joé
Invité
Joé

Le sport, l’activité physique en tout genre est profitable. Le renforcement musculaire est nécessaire pour combattre la fonte musculaire. j’apprécie les conseils contenus dans cet article.