Le Centre d’action bénévole du Grand Châteauguay en fête

Par Michel Thibault
Le Centre d’action bénévole du Grand Châteauguay en fête
Serge Coulombe s'est prêté au jeu du lancer de l'éponge. (Photo : Michel Thibault)

Des gens qui pêchaient dans une piscine pour enfants. D’autres qui jouaient aux poches. La policière Martine Denis qui tentait d’atteindre le nez d’un retraité de la GRC avec des éponges trempées. «C’est mon garçon qui joue au baseball. Pas moi. Je vise vraiment bien avec mon arme», elle a blagué avant de lancer son projectile vers le visage de Serge Coulombe, affublé d’un masque de plongée, le corps protégé par un rideau de douche.

Le monde autour riait, encourageait les participants. La bonne humeur régnait le mardi 28 août dans la cour du Centre d’action bénévole du grand Châteauguay. «On fait une belle fête, la kermesse, dans le plaisir, le bonheur, avec nos bénévoles, les proches aidants, nos partenaires, et on a même des jeunes bénévoles aujourd’hui qui nous aident. On fait la fête et on lance notre programmation de l’automne», a fait part Annik Hall, directrice générale de l’organisme.

Avec la contribution d’une multitude de gens qui donnent de leur temps, le Centre d’action bénévole du grand Châteauguay offre entre autres des visites d’amitié, de l’accompagnement-transport, des ateliers sur divers sujets et le programme PAIR.

Paroles de bénévoles

«C’est un programme pour les personnes seules à la maison. On appelle ces personnes-là à chaque jour. Le matin, à des heures fixes, et on s’assure de leur sécurité. Si jamais, pour une raison x, on n’a pas de réponse, après trois appels infructueux, soit on communique avec la police municipale ou un voisin identifié pour aller vérifier», a expliqué le bénévole Serge Coulombe. Maintenant qu’il est retraité, il est important pour lui de rendre service, a-t-il laissé entendre.

À l’œuvre à la réception du CABGC, Odette Pottie a commenté : «Moi, j’ai été élevée à faire du bénévolat. Ma mère nous emmenait faire du bénévolat dès l’âge de 8 ou 9 ans. On était à l’église, à l’école. Quand on est initié jeune, on continue toute notre vie».

Son amie Ann, qui participe aussi au programme PAIR a exprimé «J’aime le contact avec les gens».

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de