Actualités

VIDÉO - Le cri du cœur d’un médecin de la région

lundi le 17 janvier 2022
Modifié à 15 h 47 min le 17 janvier 2022
Par Paula Dayan-Perez

pdayan-perez@gravitemedia.com

Le Dr Félix Le-Phat-Ho a tourné une vidéo à la fin de d’une garde dans l’unité COVID d’hospitalisation de l’Hôpital Anna-Laberge. (Photo : Capture d’écran)

Un médecin qui travaille en clinique de médecine familiale tout comme dans l’unité COVID d’hospitalisation à l’Hôpital Anna-Laberge, à Châteauguay, témoigne de la réalité de cette cinquième vague sur le réseau de la santé.

Le Dr Félix Le-Phat-Ho, président de la table locale des médecins de famille du RLS Jardins-Roussillon, a tourné une vidéo à la sortie d'un quart de travail. Il y dresse un portrait de l’arrière-scène du système public de la région.

L’Hôpital Anna-Laberge est bondé, assure-t-il. L’urgence, débordée. Même si plusieurs patients infectés par le variant Omicron ont des symptômes plus doux, un grand nombre de personnes devient gravement malade et certains en décèdent.

«Sur le plan personnel, je dirais que c’est une expérience qui est très éprouvante pour le personnel soignant, mais aussi tout autant pour les familles, exprime le Dr Le-Phat-Ho. Malheureusement, on s’apprête à vivre des semaines et des semaines encore comme ça.»

Le médecin appelle la population à faire preuve de patience envers les travailleurs de la santé. Les RI, les RPA et surtout les CHSLD sont aux prises avec des enjeux importants de personnel en isolement. Les employés font face à plusieurs éclosions qui sont maintenant «contrôlées», dit-il, particulièrement en raison du haut taux de vaccination.

 

La première ligne éprouvée

En première ligne, les cliniques de médecine familiale sont également sur un pied d’alerte et sont  confrontés aux mêmes enjeux de manque de main-d’œuvre. Pour aider les urgences des hôpitaux, ces cliniques accueillent les patients de l'urgence qui n’ont pas besoin du plateau technique de l'hôpital.

«Les médecins de famille, mais aussi les infirmières, les pharmaciens, mais surtout les secrétaires sont fortement sollicités et donc on demande votre clémence parce qu’on doit malheureusement limiter nos activités», réclame le médecin.

Les cliniques vont continuer à donner un accès aux patients selon le degré d'urgence. Des rendez-vous en personne sont maintenus, mais la téléconsultation est priorisée. De plus, les pharmaciens communautaires peuvent également renouveler les prescriptions lorsque possible et assister les gens avec de différentes sortes de problèmes, informe-t-il.

Le Dr Le-Phat-Ho suggère à la population d'attendre avant de consulter pour des attestations médicales, formulaires ou suivis de conditions stables. Il invite également les gens à se faire vacciner.

Dernières nouvelles