Actualités

Le gros lot ne changera pas Mario Moniqui

vendredi le 14 janvier 2022
Modifié à 17 h 12 min le 14 janvier 2022
Par Eric Tremblay

Mario Moniqui (à gauche) à quelques minutes d'apprendre qu'il était un nouveau millionnaire. (Photo - Loto-Québec)

Quelques heures après être devenu millionnaire en direct à Célébration, Mario Moniqui était au travail. L’argent ne change pas le monde bien que le Campivallensien avoue sentir un « sentiment de liberté ». 

« Je ne lâcherai pas mes jobs, assure le gagnant. Je ne voulais pas pénaliser mes élèves et je vais respecter mes engagements. Certains ont besoin de leur permis de conduire pour aller au cégep ou au travail. Lundi matin, une apprentie conductrice était toute surprise de me voir arriver. Assez que ça l’a fait pleurer. Ça m’a touché droit au cœur.»

Le 9 janvier en début de soirée, la boule # 11 de Loto-Québec lui a porté chance. Elle lui a permis de traverser les trois étapes jusqu’au tirage ultime de Célébration. « Le 11 c’est la journée de fête de ma fille, mon bébé, dit-il. C’est un numéro chanceux pour moi. Quand elle est sortie à la fin, je ne voyais pas bien le numéro. Si c’était un 1 ou un 7. Ma fille a lâché un cri de mort et j’ai réagi ensuite. »

Sa première pensée est allée pour sa grand-mère décédée, qui lui avait déjà dit que comme capricorne, il ne manquerait jamais de travail ni d’argent.

Le gagnant indique qu’il est un joueur modéré à la loterie. Il comprend que c’est du hasard, mais il prend plaisir à le tenter. 

Prendre le temps

Depuis hier, le montant du gros lot est en sécurité dans une institution financière. Avant d’y toucher, M. Moniqui et sa conjointe entendent bien réfléchir à leur avenir.

« Rapidement, je dirais que j’ai une liberté d’obligation, mentionne-t-il. Je me disais aussi que je pouvais ralentir et gâter mes enfants. Mais on se donne quelques semaines avant de prendre notre décision. Je ne suis pas du genre Bye bye boss. Je n’ai que 57 ans et ma femme 52. Je ne vais pas changer et je vais continuer de faire ce que j’aime. »

En plus d’être enseignant de conduite et formateur chez Technic, Mario Moniqui conduit des autobus scolaires. Il est aussi connu pour avoir été de nombreuses années l’arbitre en chef à l’Association de hockey mineur de Valleyfield. 

L’occasion est toutefois belle pour le couple qui a toujours travaillé sans compter ses heures, de profiter davantage de la vie. « Je ne dépenserai pas pour rien, assure Mario Moniqui. Je vais réfléchir. À tous les jours on change d’idée. »

Dernières nouvelles