Le projet d’identifier les lieux municipaux progresse à Châteauguay

Le projet d’identifier les lieux municipaux progresse à Châteauguay
Actuellement, les noms des parcs ne sont pas affichés à Châteauguay. (Photo : Michel Thibault)

Le projet d’identifier les lieux municipaux avec des enseignes et d’ajouter des tableaux électroniques dans le décor à Châteauguay a franchi une nouvelle étape à l’assemblée du conseil du lundi 17 août. Le sujet divise le conseil.

À la majorité, les élus ont accordé à l’entreprise Arium Design le contrat pour réaliser le design des éléments pour un montant de 50 000 $.

Le règlement d’emprunt de 2,5 M $ adopté par le conseil en avril en vue de réaliser l’ensemble du plan ne fait pas l’unanimité. François Le Borgne et Marcel Deschamps avaient voté contre l’emprunt. Ils ont maintenu leur opposition le 17 août. Barry Doyle a aussi voté contre.

Éric Corbeil

Éric Corbeil a voté en faveur mais en fustigeant l’emprunt. « Oui ça me tente de voter pour parce que la dame qui s’occupe de ce projet-là, elle va bien le faire. Je vais voter pour mais le 2,5 M $, je l’ai de travers dans la gorge. C’est pas vrai qu’on va dépenser 2,5 M $ là-dessus », a-t-il martelé.

« Monsieur le maire, il faut arrêter d’emprunter, a aussi dit M. Corbeil. C’est pas un jeu faire des emprunts de 2,5 M $. Il faut budgéter nos projets, il faut être réaliste. C’est important la signalétique mais ça aurait été le fun que ça soit bien fait. Là c’est tout croche. Une patente garrochée qu’on a envoyée au ministère des Affaires municipales. La perception du conseil, c’est qu’on s’embarque dans le 2,5 M $ le bras dans le tordeur. Ça va finir ça va coûter plus que le 2,5 M $. C’est pour cela qu’on recule toujours. »

Le maire Routhier a réagi : « On n’a pas emprunté 2,5 M $. On a tout simplement eu une autorisation que si nous voulions avoir l’argent, on l’emprunterait ». Il a indiqué que le budget prévu pour réaliser le plan était de 200 000 $ par an.

La conseillère Lucie Laberge a aussi voté pour en invoquant que le dossier était dans les cartons depuis longtemps et qu’il fallait « cesser de tourner en rond ».

« Depuis deux ans », a noté le maire.

Éric Allard s’est prononcé pour, tout comme le conseiller Mike Gendron tout en questionnant, lui aussi, le règlement d’emprunt. «On a besoin d’une visibilité mais le futur est incertain à cause de la COVID-19 », a-t-il fait part. Il s’est inquiété de l’impact de la pandémie sur les finances des citoyens et de la ville.

« C’est l’ancienne administration qui a décidé d’enlever toutes les pancartes sans avoir un plan pour les remplacer », a observé M. Gendron.

Le plan

Le plan signalétique prévoit des panneaux d’accueil aux différentes entrées de ville, une entrée du parc industriel visible de l’A30, des enseignes pour les 54 parcs et les bâtiments municipaux ainsi que 3 panneaux numériques. Lesquels permettront de diffuser des messages variables.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires