Le sit-in des infirmières de l’urgence de l’Hôpital du Suroît jugé moyen de pression illégal

Le sit-in des infirmières de l’urgence de l’Hôpital du Suroît  jugé moyen de pression illégal
(Photo : Archives)

Sept infirmières de l’urgence de l’Hôpital du Suroît à Valleyfield ont refusé de fournir leur prestation de travail usuelle dans la nuit du 10 septembre. Un geste qui constitue un moyen de pression illégal mentionne le Tribunal administratif du travail.

Les infirmières ont agi ainsi en réaction au fait qu’il manquait de personnel infirmier pour le quart de nuit.

Le CISSSMO a transmis une demande d’intervention au Tribunal administratif du travail en raison de cette manifestation. Ce dernier a exigé aux infirmières de ce secteur de ne plus participer à un sit-in qui se veut une cessation concertée de travail.

Une audience a eu lieu le jeudi 10 septembre. Les observations entendues ont amené le Tribunal a qualifié le geste de moyen de pression illégal. Le conflit qui découle du nombre insuffisant d’infirmières sur le quart de nuit en est un entre les parties, qui survient en dehors de l’exercice du droit de grève.

«Le Tribunal ordonne aux infirmières de l’urgence de l’Hôpital du Suroît, membres de la FIQ – Syndicat des professionnelles en soins de Montérégie-Ouest, de cesser immédiatement de refuser de façon concertée de fournir leur prestation normale de travail et de s’abstenir de participer à toute cessation concertée de travail qui prive ou serait susceptible de priver le public d’un service auquel il a droit, mentionne-t-on par voie de communiqué. Dans sa décision, le Tribunal demande aux parties de se rencontrer dans les plus brefs délais afin de trouver une solution au problème de manque de personnel. »

La décision rendue par le Tribunal a été déposée au greffe de la cour supérieure du district de Montréal. Ce qui implique que les deux parties concernées, le CISSSMO et la FIQ doivent s’y conformer. Un manquement pourrait être considéré comme un outrage au tribunal et entraîner une sanction.

Un sit-in avait également eu lieu aux urgences de l’Hôpital Anna-Laberge à Châteauguay le mercredi 2 septembre.  Le Syndicat des professionnelles en soins de Montérégie-Ouest n’a pas répondu aux demandes d’informations du Soleil de Châteauguay.

À lire aussi : «Sit-in» d’employés à l’Hôpital Anna-Laberge 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires