Les bacs bruns distribués à partir du 12 août dans la MRC de Beauharnois-Salaberry

Par Denis Bourbonnais
Les bacs bruns distribués à partir du 12 août dans la MRC de Beauharnois-Salaberry
La préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry et mairesse de Sainte-Martine, Maude Laberge a annoncé l’implantation du bac brun à compter du 30 septembre prochain en présence de Patrice Lemieux, coordonnateur Environnement et gestion des matières résiduelles à la MRC, Miguel Lemieux, maire de Salaberry-de-Valleyfield, et Mélanie Scraire, présidente du Comité régional de la gestion des matières résiduelles et de l'environnement à la MRC.

Dans un peu plus de 4 mois, le 30 septembre, la collecte du bac brun pour le traitement et la valorisation des matières organiques sera en vigueur sur l’ensemble du territoire de la MRC de Beauharnois-Salaberry.

Entre le 12 août et le 20 septembre prochain, plus de 23 000 bacs bruns de 240 litres seront distribués porte-à-porte auprès de la totalité des unités d’occupation dans les 7 municipalités de la MRC. Des contenants de 45 litres seront disponibles pour les commerces au centre-ville de Salaberry-de-Valleyfield.

La MRC a acheté les bacs au coût de 1,65 M $, soit environ 65 $ l’unité, incluant la livraison. Les sept villes participantes lui rembourseront leur part en fonction du nombre d’adresses respectif, soit près d’un million pour Salaberry-de-Valleyfield, 352 000 $ pour Beauharnois, 126 000 $ pour Sainte-Martine, 70 000 $ pour Saint-Stanislas-de-Kostka, 40 000 $ pour Saint-Urbain-Premier, 39 000 $ pour Saint-Louis-de-Gonzague et 29 000 $ pour Saint-Etienne-de-Beauharnois , selon un tableau présenté à l’assemblée publique du conseil municipal de Beauharnois du mois de mai.

À la livraison, le bac brun contiendra à l’intérieur un bac de cuisine servant à recueillir les résidus alimentaires, ainsi qu’un guide pratique et un aide-mémoire. Cette distribution à grande échelle de bacs bruns s’ajoutera à près de 1500 ménages qui pratiquent déjà la récupération des résidus alimentaires et des résidus verts dans le cadre des projets-pilotes mis en branle depuis 2016 à Salaberry-de-Valleyfield (1000 portes), Sainte-Martine (250) et Saint-Louis-de-Gonzague (150).

«Nous vivons aujourd’hui un grand moment. On se prépare en tant que collectivité à l’arrivée du bac brun, qui constitue une nouvelle étape logique et nécessaire dans la gestion de nos matières résiduelles», se réjouit la préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry, Maude Laberge.

Prenant la parole lors d’une conférence de presse tenue jeudi matin au Parc régional des Iles-de-Saint-Timothée, la mairesse de Sainte-Martine a insisté sur l’importance d’adhérer à cette pratique déjà implantée dans 400 municipalités à l’échelle du Québec. «Cette nouvelle collecte était attendue par les citoyens et répondra à des impératifs environnementaux», a rappelé Mme Laberge.

En plus de diminuer l’émission de gaz à effet de serre, la collecte du bac brun permettra de réduire de moitié le poids de nos déchets, estimé annuellement à 800 kg par ménage sur le territoire de la MRC. «C’est pour le bien de la planète. La poubelle sera au régime. La majorité des résidus que l’on y dépose est compostable», de signifier la préfète.

Le maire de Salaberry-de-Valleyfield Miguel Lemieux parle d’un outil pour faire une différence afin de réduire l’impact collectif sur l’environnement mais aussi pour faire chuter les coûts d’exploitation. «C’est 85 $ la tonne de déchets comparativement à 58 $ la tonne pour le bac brun», mentionne-t-il.

La distribution porte-à-porte du bac brun se traduira par une ponction moyenne annuelle de 43 $ sur le compte de taxes des résidents de la MRC. Toutefois, la réduction des déchets destinés au bac noir fera en sorte de baisser la facture globale liée à la gestion des matières résiduelles.

Les élus présents à la conférence de presse, Maude Laberge (Sainte-Martine), Yves Daoust (Saint-Louis-de-Gonzague), Miguel Lemieux (Salaberry-de-Valleyfield), Gaétan Ménard (Saint-Etienne) et Roxanne Poissant (Beauharnois), ont posé avec Patrice Lemieux et Mélanie Scraire, de la MRC. (Photo: le Journal)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de