Les Jeep Grand Cherokee et Ford Explorer mettent le passager avant en danger

Les Jeep Grand Cherokee et Ford Explorer mettent le passager avant en danger


Le Guide de l'Auto

Article par Le Guide de l’auto

Si de gros progrès ont été faits pour rendre les véhicules plus sécuritaires au cours des dernières années, notamment avec les nouveaux systèmes électroniques d’aide à la conduite, il reste encore de bonnes améliorations à apporter en termes de protection lors des collisions.

Doit-on s’inquiéter? Eh bien, prenons par exemple le dernier test de collision avant avec léger chevauchement côté passager que vient de mener l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS) aux États-Unis. Bien que six des huit modèles au programme aient reçu la note « Bon » ou « Acceptable », les populaires Jeep Grand Cherokee et Ford Explorer ont tous deux échoué, finissant avec un « Piètre » résultat.

Une collision avant avec léger chevauchement se produit quand seulement le coin avant du véhicule frappe un autre véhicule ou encore un objet stationnaire comme un arbre ou un poteau. Le test de l’IIHS est effectué à une vitesse de 40 mi/h (64 km/h) avec un chevauchement de 25% entre le devant du véhicule et le muret.

Dans le cas du Grand Cherokee, il y a eu une intrusion maximale de 10 pouces (25 centimètres) au niveau de la charnière inférieure de la porte avant. De plus, la tête du mannequin passager a frappé fort contre le tableau de bord à travers le coussin gonflable. Et puisque le rideau gonflable latéral ne s’est pas déployé et que la porte s’est ouverte, sa tête est sortie du véhicule au rebond. Les données enregistrées par le mannequin indiquent que des blessures à la jambe droite seraient probables lors d’une véritable collision de cette ampleur. Le passager risquerait également de se blesser à la tête.

L’Explorer s’est montré pire avec une intrusion maximale de 15 pouces (37,5 centimètres) au niveau de la charnière inférieure de la porte avant et de 13 pouces (32,5 centimètres) au niveau de la charnière supérieure et du tableau de bord. Qui plus est, le seuil de porte a été renfoncé de six pouces (15 centimètres) vers le mannequin. Selon l’IIHS, il serait très probable que le passager avant subisse des blessures à la hanche droite dans pareille collision et sa jambe gauche pourrait aussi y goûter.

« Dans ces VUS, les coussins gonflables, les ceintures de sécurité et la structure présentent de sérieux défauts, remarque David Zuby, directeur de la recherche à l’IIHS. Le passager avant risque de subir des blessures à la tête, à la hanche ou à la jambe en cas de collision avant avec léger chevauchement côté droit. »

Ford travaille présentement sur la prochaine génération de l’Explorer, attendue pour 2020, et promet une protection améliorée pour le conducteur et le passager avant dans ce genre d’accident.

Dans un communiqué, la marque à l’ovale bleu a tenté de se faire rassurante : « La sécurité de nos clients est toujours l’une de nos plus grandes priorités quand nous concevons nos véhicules et nous apportons sans cesse des améliorations pour qu’ils demeurent bien protégés sur la route. L’Explorer est un véhicule sécuritaire ayant reçu la plus haute cote de cinq étoiles de la NHTSA aux États-Unis ainsi qu’une note ‘Bon’ de l’IIHS dans ses tests de collision frontale et latérale. »

Les autres VUS intermédiaires testés par l’IIHS étaient le GMC Acadia, le Kia Sorento et le Volkswagen Atlas, récipiendaires d’une note Bon, ainsi que le Honda Pilot, le Toyota Highlander et le Nissan Pathfinder, dont la performance a été jugée « Acceptable ». À propos, le Sorento 2019 amélioré est le seul à revendiquer le titre de sécurité le plus prestigieux de l’organisme, soit un « TOP SAFETY PICK+ ».