Des militants pour le droit au logement de passage à Châteauguay

Des militants pour le droit au logement de passage à Châteauguay

Les marcheuses Françoise Legault, de Sainte-Catherine, et Sylvie Moreau, de Beauharnois.

Crédit photo : Marie-Josée Bétournay

Une quarantaine de participants à la marche De villes en villages pour le droit au logement, du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), ont fait un arrêt devant les bureaux de l’Office municipal d’habitation à Châteauguay vendredi.

Le groupe, parti d’Ottawa le dimanche 2 septembre, revendique un engagement et de nouveaux investissements de la part des partis politiques en campagne électorale au Québec ainsi que du gouvernement fédéral. «À Châteauguay, près de 800 ménages paient plus de 50 % de leurs revenus pour se loger. Il y a une liste d’attente de près de 550 ménages au Comité logement Rive-Sud, dont 250 en attente d’un HLM à Châteauguay», a souligné Marjolaine Tapin, du Comité logement Rive-Sud. «Plus d’une centaine de personnes est en attente à Beauharnois pour un logement social», a renchéri Annick Frappier, du Comité logement de Beauharnois.

Sur leur parcours de 550 km, les marcheurs reçoivent l’appui de la population et de groupes sociaux en Montérégie. «Des gens klaxonnent, les syndicats et des groupes de femmes les soutiennent», dit Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU.

Vendredi, après un déjeuner-causerie, les marcheurs ont repris la route en direction de Saint-Constant en scandant «Pour le droit au logement». Parmi eux, Sylvie Moreau, une résidente de Beauharnois qui accompagne le groupe depuis Ottawa. «Je continue à éclairer, à militer pour la cause sociale. C’est trop important pour mes enfants, mes petits-enfants, mes parents et je continue la lutte pour les étudiants et les personnes handicapées qui ont besoin de logements adaptés», a-t-elle confié. Françoise Legault, une résidente de Sainte-Catherine, a joint le groupe vendredi matin à Châteauguay. «J’ai souvent côtoyé des gens qui ont besoin de logement. Je trouve cela triste d’arriver à la fin du mois, devoir prendre ton argent pour te nourrir et ne pas avoir d’argent pour payer le loyer. Ça ne fonctionne pas», a indiqué la dame qui compte arriver à destination, soit Québec, le samedi 29 septembre.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar