Naomie Larouche se prépare à défendre le Québec : «La boxe c’est ma vie !»

Naomie Larouche se prépare à défendre le Québec : «La boxe c’est ma vie !»

Naomie Larouche

Crédit photo : Gracieuseté

La boxeuse Naomie Larouche, de Mercier, se prépare à représenter le Québec aux Championnats canadiens prévus en Colombie-Britannique du 23 au 27 avril.

L’athlète de 16 ans tentera de rafler un troisième titre national, cette fois dans la catégorie junior 48 kg, avec un but précis en tête. «Mon objectif c’est de représenter le Canada aux Jeux du Commonwealth. Mais, bien sûr, mon premier objectif c’est de gagner aux championnats canadiens, confie-t-elle. Je ne m’attends pas à ce que ce soit facile.»

Naomie Larouche avec sa médaille aux championnats canadiens 2017.

En préparation au rendez-vous canadien, elle ira combattre à une compétition dans l’état de New-York du 12 au 14 avril.

L’adolescente n’est pas précisément une recrue dans le ring. Ses mains animent les gants depuis l’âge de sept ans.

«La boxe, c’est toute ma vie ! C’est une partie de moi. C’est ce qui m’a montré le travail acharné et la détermination», affirme Naomie. Inscrite dans un programme sport-études à l’école Louis-Philippe-Paré, elle consacre une vingtaine d’heures à l’entrainement. Étant donné son calibre, elle évolue au Centre Claude-Robillard à Montréal, sous la férule des coachs Danielle Bouchard et Stéphan Larouche.

«Ce qui implique deux heures de route aller et deux heures de route revenir à chaque jour», souligne-t-elle pour montrer sa motivation.

À l’entrainement à Puerto Rico

Le préparateur physique Fred Laberge veille à sa bonne forme. «Il me prépare un programme adapté de musculation. C’est dur mais ça me donne l’énergie nécessaire aux combats», observe la pugiliste.

Naomie rêve de devenir boxeuse professionnelle. Elle a aussi une autre carrière en tête. «J’aimerais ça devenir infirmière», dit-elle.

Déclarée meilleure boxeuse des qualifications provinciales, Naomie Larouche avec Benoît Martel, à droite, et Carl Poirier qui lui ont remis le prix.

Commenter cet article

avatar