Pâques 2018: la coccinelle détrône le lapin

Pâques 2018: la coccinelle détrône le lapin

Le petit Caleb Wallace avec une poule en chocolat qui ne sera bientôt plus là.

Crédit photo : Le Soleil de Châteauguay- Andrew Clark

La popularité du chocolat ne se dément pas à Pâques. Loin de là, la consommation de ce délice est en progression. Et si les classiques formes de lapin et de poule demeurent parmi les grands vendeurs, ils sont détrônés par de nouveaux venus cette année.

«Nos formes les plus populaires sont la coccinelle et le pingouin, indique Martin Gagnon, responsable de la production chez Giacomo, dont les ventes de chocolat sont exclusives à la période de Pâques. Notre équipe travaille 10 mois par année pour ces cinq semaines d’activités précédant Pâques, précise-t-il. Après chaque fête, une analyse des plus grands vendeurs de chaque succursale est faite pour préparer les modèles et orienter les stratégies pour l’année suivante. La poule, le lapin et l’écureuil sont toujours de grands classiques, mais on offre aussi d’autres produits adaptés aux nouvelles tendances» explique-t-il.

Le point de vente de Châteauguay a été rempli cette année d’environ 1400 pièces de chocolat. La gérante de l’endroit, Lise Tremblay, est persuadée que tout sera vendu.

Amateurs en hausse

Alexia Mercier a eu la chance de déguster du chocolat quelques jours avant Pâques. (Crédit photo: Le Soleil de Châteauguay- Andrew Clark)

La tendance des ventes de chocolat au Québec est à la hausse depuis cinq ans, selon des statistiques émises par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

Un phénomène que confirme Samantha Boyce, responsable marketing chez Laura Secord. «Le marché de la vente au détail ne va pas très bien, mais heureusement, les ventes de chocolat, elles, continuent de progresser. La période de Pâques, avec celle de Noël, sont celles où nous vendons la plus grande quantité de chocolat», indique-t-elle.

Et si pour certains chocolatiers, le pingouin et la coccinelle sont les modèles de l’heure, chez Laura Secord, le grand hit reste le classique «œuf Secord». «C’est de loin notre plus grand vendeur dans tous ses formats. Avec les petits œufs qui servent à la chasse aux œufs de Pâques», conclut Mme Boyce.

Pâques, fête du chocolat

Selon le MAPAQ, Pâques reste de loin la fête où il se vend la plus grande quantité de chocolat dans la province, avec des ventes qui se chiffrent à 42,26 M$, pour un volume de 2000 tonnes de chocolat vendu  (pour 2016). Elle est suivie par les fêtes de Noël et de l’Halloween, avec respectivement des ventes de 18 M$ pour 700 tonnes, et de 17 M$ pour 1 400 tonnes de chocolat. La Saint-Valentin, de son côté, rapporte près de 8,5 M$ pour un volume de 250 tonnes. (Source, MAPAQ, données de 2016).

Le personnage de pingouin de Giacomo est l’un des morceaux les plus populaires.

Commenter cet article

avatar