Permis de colportage révoqué : Éco Solution Canada invoque un «malentendu»

Par Michel Thibault
Permis de colportage révoqué : Éco Solution Canada invoque un «malentendu»
Matthew Smagghes et Sacha Bissonnette montrent le permis de colportage de la Ville de Châteauguay. (Photo : Michel Thibault)

Les dirigeants de l’entreprise Éco Solution Canada dont la Ville de Châteauguay a révoqué le permis de colportage affirment n’avoir rien à se reprocher.

«C’est un malentendu. On est honnêtes. On a rien à cacher», se sont défendus Matthew Smagghe, directeur, et Sacha Bissonnette, actionnaire de l’entreprise, en entrevue au Soleil de Châteauguay jeudi.

Basée à Dorval, Éco Solution Canada est spécialisée dans la climatisation, le chauffage, la toiture et l’isolation.

M. Smagghes assure que ses représentants ne se sont jamais fait passer pour un employé de la ville. Il croit qu’il peut y avoir eu une confusion chez des citoyens à qui ils ont présenté le permis de sollicitation de la Ville, comme il se doit.

«Le permis a un logo de la Ville peut-être que ça porte à confusion. Je n’ai jamais dit de ma vie que je travaillais pour la ville», insiste-t-il.

Les deux hommes réfutent aussi avoir continué à faire de la sollicitation une fois leur permis révoqué. «On a arrêté de frapper aux portes. On allait à des rendez-vous. On a le droit de faire des rendez-vous sans permis», a affirmé M. Smagghes.

Il a reconnu qu’il avait pu être «insistant» mais seulement, a-t-il soutenu, lorsqu’il constatait des anomalies comme un réservoir d’huile corrodé qui coule ou autres éléments dangereux. «On informe les gens. C’est un programme d’aide. On explique. On ne force personne», a-t-il mentionné. «Une maison sur trois n’est pas conforme», a-t-il affirmé.

M. Smagghes a souligné que la Ville fait des vérifications avant d’accorder un permis de colportage, notamment auprès du service de police qui a fourni une attestation de non criminalité.

À la suite de l’obtention du permis, les représentants de la compagnie ont visité 1328 propriétés, a indiqué M. Smagghes. Du nombre, dit-il, il y a eu entre 10 et 30 plaintes. «C’est 2 %, c’est normal des plaintes», a affirmé M. Bissonnette.

M. Smagghes a renchéri à l’effet qu’ils recevaient aussi des témoignages de clients satisfaits. «Un client nous a dit qu’on avait un service super rapide et les prix les moins chers», a-t-il dit.

Protection du consommateur

Éco Solution Canada détient un permis valide de commerçant itinérant de l’Office de la protection du consommateur .

Sur son site internet, l’Office de la protection du consommateur indique que le commerçant n’a pas fait l’objet d’un avis d’infraction depuis les trois dernières années. Éco Solution Canada n’a pas plaidé coupable ou n’a pas été déclaré coupable à la suite d’une poursuite pénale de l’Office au cours des 5 dernières années.

L’OPC a reçu copie d’une mise en demeure adressée à l’entreprise en septembre 2019, concernant la «Livraison, non-conformité d’un bien ou d’un service ou qualité du service à la clientèle». L’Office précise qu’une mise en demeure fait état d’un litige avec un consommateur mais ne signifie pas qu’il ait raison. «Même si l’outil «Se renseigner sur un commerçant» rapporte l’existence de mésententes entre commerçants et consommateurs, il n’en juge pas la valeur. Ce rôle revient aux tribunaux. La mention de mises en demeure ne signifie pas que le commerçant est incompétent ou malhonnête. Il y a aussi lieu de considérer l’importance de l’entreprise, le volume de transactions qu’elle réalise et sa date d’immatriculation au Registraire des entreprises», précise l’OPC.

Registre des entreprises

Le Registre des entreprises du Québec indique que Éco Solution Canada a été immatriculée le 21 février 2018. L’entreprise a pignon sur rue à Dorval.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de