Québec décidera de l’avenir du terrain pour un géant du web à Beauharnois

Par Valérie Lessard
Québec décidera de l’avenir du terrain pour un géant du web à Beauharnois
Centrale hydroélectrique de Beauharnois (Photo : Archives)

Le gouvernement du Québec a enlevé le pouvoir à la Commission de protection du territoire agricole de décider d’exclure ou non des terrains en zone agricole à Beauharnois pour l’implantation d’un centre de données informatiques qui serait «possiblement l’un des plus gros dans le monde entier».

C’est Québec qui décidera du sort du terrain convoité. Le gouvernement du Québec a publié cette décision le mercredi 2 octobre dans la Gazette officielle.

En juin 2018, la Ville de Beauharnois a fait une demande d’exclusion en zone agricole d’un terrain d’une superficie de 94 hectares appartenant à Hydro-Québec pour une entreprise « qui projette d’implanter un centre de données informatiques». Le Journal de Québec rapportait qu’il s’agit de l’entreprise américaine Google. Le nom de la compagnie n’a cependant jamais été précisé ni par la Ville ni le gouvernement.

La CPTAQ avait refusé cette exclusion dans une orientation préliminaire publiée en décembre 2018. La Commission était d’avis que «les impacts négatifs appréhendés sur la ressource agricole, sur le territoire agricole de cette région, sur les activités agricoles actuelles et futures ayant cours sur les lots visés et sur les lots avoisinants, surpassent les retombées positives de la concrétisation du projet pour la ville».

Le gouvernement du Québec a utilisé l’article 96 de la Loi sur la protection du territoire des activités agricoles qui permet de soustraire une affaire de la compétence de la CPTAQ et de prendre les pouvoirs de l’organisme.

Pourquoi Beauharnois ?

Dans l’orientation préliminaire de la CPTAQ, on y apprend que l’entreprise mystère a analysé 14 sites dans la province. Le site visé à Beauharnois est celui qui répond le mieux aux onze critères bien précis de la compagnie. La seule contrainte est le fait qu’il soit en zone agricole. Le terrain de Beauharnois est présentement loué à des agriculteurs.

Critères recherchés pour le terrain

  • capacité électrique de 185 mégawatts;
  •  temps de réalisation du raccordement au réseau électrique entre 12 à 18 mois;
  • dimension du terrain entre 50 à 100 hectares;
  • accès à l’eau;
  • à l’extérieur d’un couloir aérien régional;
  • à au moins 2 kilomètres d’une zone résidentielle;
  • pas de milieu humide;
  • terrain plat, éloigné des lignes ferroviaires
  • zonage industriel;
  • faible risque sismique;
  • à moins de 50 kilomètres et à moins de 65 kilomètres du centre-ville de Montréal et présence d’autres enjeux.
Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Pier-Luc TanguayFabien Gagné Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Fabien Gagné
Guest
Fabien Gagné

Je ne peux pas croire que nous allons « scrapper » des terres agricoles pour des millions d’années pour cette préoccupation bien passagère. Nous ne sommes sur terre que pour un bref moment, alors que ce retrait d’agriculture serait permanent. Il y a surement des sites presque aussi propices disons à Port Cartier?

Pier-Luc Tanguay
Guest
Pier-Luc Tanguay

De toute façon, nos terres agricoles nous les vendons à la Chine et retirons aucun bénéfice ensuite.

Laissons donc notre économie se développer! La venue de centres de données amènera le développement de PME autour et de facto, une demande de main d’oeuvre spécialisée.

Laissons donc Beauharnois se développer pour l’avenir de nos enfants.

trackback

[…] solidaire et l’Union des producteurs agricoles dénoncent le décret du gouvernement permettant le dézonage de terres agricoles pour la venue d’une entreprise de données à […]