Le Kathryn Spirit en voie de disparition complète

Le Kathryn Spirit en voie de disparition complète
L'épave, le 5 septembre. (Photo: Pêches et Océans Canada – Garde côtière canadienne)

(Texte de Marie-Josée Bétournay) Il faudra attendre au plus tard la fin septembre avant de voir la disparition du navire-cargo Kathryn Spirit à Beauharnois, indique la Garde côtière canadienne.

Guylaine Beaudoin, porte-parole de l’organisme, explique que les travaux suivent l’échéancier prévu initialement. L’épave est démantelée dans une proportion de 85 %. Cette étape comprend le nettoyage, le ballastage, le pompage et le découpage du Kathryn Spirit. «Le désamiantage est terminé. Tout devrait être terminé d’ici la fin septembre», affirme Mme Beaudoin.

Le remblai devrait être retiré au plus tard en décembre, précise la porte-parole de la Garde côtière canadienne. «Le site sera par la suite remis dans l’état où il était avant l’arrivée du navire à Beauharnois. L’échéancier est le printemps 2019», poursuit Mme Beaudoin.

La députée Anne Minh-Thu Quach soulagée

La députée dans Salaberry-Suroît Anne Minh-Thu Quach se dit soulagée de la disparition imminente du Kathryn Spirit. «C’était une inquiétude constante. Chaque jour les Beauharlinois voyaient ce bateau», dit-elle.

La députée, qui mentionne avoir fait pression auprès du gouvernement fédéral pour accélérer le départ du navire-cargo, de 2012 à 2014, considère «éternel» le délai nécessaire à sa destruction. «J’ai posé 30 questions à la Chambre des communes en 7 ans, envoyé 7 questions écrites aux ministères (des Transports et de l’Environnement), 20 lettres aux ministres, 5 demandes d’accès à l’information. Si on avait pu intervenir au début (dès l’accostage du navire-cargo en 2011), cela aurait coûté moins cher. D’année en année, il se désintégrait, il était de moins en moins solide, de moins en moins sécuritaire. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps? Pourquoi ne pas avoir été proactif? Ce sont des questions qui resteront sans réponses», mentionne-t-elle.

Anne Quach attribue le départ du Kathryn Spirit à une collaboration entre des acteurs régionaux, comme les représentants des médias et les autorités municipales. De ce dossier, la députée note le «manque de transparence» et la minimisation des «conséquences sur les incidents environnementaux», des Libéraux et des Conservateurs. Elle retient aussi «une très grande force des élus et des citoyens» sur le plan local.

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
jnp Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
jnp
Guest
jnp

gang de manchots, ce bateau aurait dû être redirigé immédiatement, la rive de Beauharnois n’est pas un chantier maritime.
Après avoir tant tergiversé, cette coque n’était plus navigable ce qui a entraîné des coûts supplémentaires…et qui paie, ? ben voyons !!
Tous les responsables de ce dossier devraient être cités à procès et jugés pour incompétence