« Salut Papou! »

Par Valérie Gagnon
« Salut Papou! »
Les élèves de la classe de maternelle de Julie Arguin aiment bien la visite de Papou. Il calme le groupe en temps chaotique

BEAUHARNOIS – Papou court dans les corridors, agite la queue, mange les retailles de papier qui trainent par terre. Cette jeune chienne est une grande source de bonheur quotidien pour plusieurs élèves de l’école primaire Saint-Paul à Beauharnois.

Depuis trois ans, le projet d’avoir un chien de compagnie dans le cadre de son travail a été accueilli à bras ouverts par la direction de l’école primaire. C’est l’éducatrice spécialisée Sonia Champagne qui voulait cette boule de poils dans son local pour faciliter ses interventions auprès d’élèves présentant des difficultés. « Mes enfants sont partis de la maison et je me sentais seule, alors j’ai décidé de devenir une famille d’accueil pour les chiens Mira », témoigne-t-elle. Cette dame engagée envers la fondation prend soin des chiots Labernois jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge adulte. « Juste le fait de flatter le chien ça apaise l’ambiance », observe Mme Champagne dans le cadre de sa pratique. Au quotidien, elle doit intervenir auprès d’enfants anxieux ou colériques et Papou rend sa tâche naturellement plus facile. « Ça crée un lien familial dans l’école », fait-elle part.

Témoignages

Les élèves aiment Papou

« Elle me rend heureuse et calme », Kassandra, 3e année.

« Elle me donne le sourire quand je suis triste », Kathrina, 3e année.

« Quand je vois Papou, ça me rend plus persévérante », Camille, 4e année.

« Moi j’aime ça avoir un chien dans l’école, on lui apprend des choses, mais il nous apprend aussi », Jule, 4e année.

Un chien dans toutes les écoles?

Selon la zoothérapeute-éthologue et membre de la Corporation des zoothérapeutes du Québec, Isabelle Berthonneau, les écoles devraient avoir un chien pour créer une atmosphère de confiance.

« Ce n’est pas de la zoothérapie, mais n’empêche que l’animal a la particularité d’être non jugeant, cela met en confiance et une relation authentique s’installe. On entre dans un espace très différent du cadre scolaire », soutient-elle. L’animal serait un facilitant pour que l’enfant s’ouvre et se confie en situation difficile. Sa présence diminuerait le stress, selon plusieurs études que la spécialiste a consultées. « L’animal peut devenir le confident de l’enfant et devient un moyen de se décharger émotionnellement », souligne-t-elle.

Collecte de fonds pour MIRA

Où?

Légion Royale Candienne de Beauharnois

Quand?

Le 2 mai de 17 h à 20 h, Sonia Champagne organise un souper spaghetti afin d’amasser des fonds pour réaliser le Chemin de Compostelle avec la Fondation Mira.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de