Un Châteauguois à la finale nationale de Cégeps en Spectacle

Un Châteauguois à la finale nationale de Cégeps en Spectacle

Joé Arsenault-Jourdan 

Crédit photo : Gracieuseté

Avec son saxophone, le Châteauguois Joé Arsenault-Jourdan sera de la 40e finale nationale de Cégeps en spectacle présentée au Cégep Sorel-Tracy le 27 avril.  

«C’est un honneur. Cégeps en spectacle a un gros passé, c’est un concours qui a révélé beaucoup d’artistes. Pour ce spectacle, je m’attends juste à m’amuser. Ça va être un gros spectacle et je vais rencontrer plein de gens talentueux», a-t-il dit lors d’un entretien avec le Journal Le Soleil de Châteauguay.  

Plusieurs prix seront décernés à la finale. Le premier prix étant une bourse de 3000$ offerte par Desjardins. Une autre de ces distinctions est le prix La Fabrique culturelle où le gagnant aura droit à une session La Fabprésentant de la musique d’artistes émergents. 

L’étudiant du Cégep André-Laurendeau a gagné sa place à l’ultime étape de ce concours artistique lors de la finale régionale tenue le 16 mars. Les juges l’ont couronné pour « sa maîtrise de son instrument, son contact avec le public, son humour et sa mise en scène originale intégrant des éléments technologiques », peut-on lire dans le communiqué de presse du Cégep André-Laurendeau. 

L’étudiant de 19 ans en journalisme voulait monter un numéro, sans être seul sur scène. 

«Je joue un medley de huit chansons populaires au saxophone. Je m’accompagne moi-même avec des projections audiovisuelles», raconte-t-il.  

Parmi les pièces jouées, les spectateurs pourront entre autres reconnaître Bad de Michael Jackson et Pink Panther. Des chansons qu’il s’amuse à superposer ou rejouer en boucle 

Dans la deuxième partie du numéro, Joé chante une de ses compositions qui sintitule Un petit noir.

« Je raconte l’histoire d’une dame qui en m’apercevant lorsque je travaillais dans une pharmacie a dit Oh un petit noir. Ça m’a fait rire. Ma chanson est humoristique. Je finis la chanson en disant que la dame aurait dû dire que je suis un grand noir parce que je ne suis pas petit », a-t-il raconté. Il a ajouté que sa chanson était de l’autodérision, sans vouloir être moralisatrice. 

Créé en 1979, Cégeps en spectacle a permis à plusieurs artistes québécois de faire leurs premières armes. Parmi ceux-ci, se retrouvent entre autres Louis-Jean Cormier, Ariane Moffat, Daniel Boucher, Martine Saint-Clair, Émile Bilodeau, Philippe Brach, Patrick Huard ou encore Les Denis Drolet 

Commenter cet article

avatar